CES MOMENTS DE MA VIE

14991916_681287305373371_5750753087047391177_n

Je suis là et pourtant je suis aussi ailleurs, prise entre ce besoin d’être, cette envie d’encore tout goûter, ce désir de Vivre et cette faim d’Aimer…de t’Aimer toi.

Ces moments de ma vie, ce sont tous ceux qui de quelque façon ont meublé, et meublent encore, mon existence. Toutes ces choses que j’ai vécues, ces monts que j’ai gravis et ces ponts que j’ai traversés n’ont pas été vains.

Je te regarde et je vois dans tes yeux un éclat de vie que j’avais terni. J’entends dans ton rire les cascades de tes eaux cristallines. Toi aussi tu as froid parfois ; cependant, notre feu nous garde au chaud.

Ces moments de ma vie, ils partent de loin. Ils ont traversé un océan de peurs, d’inconnus et de doutes, mais également de tant de joie, de paix et de sérénité. Je n’avais pas le choix, sauf celui de te choisir. Sinon, cela aurait été comme renoncer à respirer !

Un jour, bientôt, ces moments de ma vie deviendront ancrés entre nous. Ce soir, tu trembles un peu et l’avenir te fait craindre l’orage. En revanche, de ces moments de ma vie, j’écrirai un autre chapitre de notre livre… et tu y ajouteras tes mots.

Ces moments de ma vie, je les tiens entre mes mains et je te les offre afin qu’ils deviennent aussi la force de qui je suis…rien, mais une femme que seul l’Amour vrai a su sauvé. Je ne dis rien de grand, je ne fais rien de grand, mais je suis LÀ.

Par ces moments de ma vie, je SUIS…tout comme par ces moments de ta vie, tu ES.

D.A. Lavoie

©  AUTEURE-D.A. LAVOIE – TOUS DROITS RÉSERVÉS –

 

Publicités

TOI, MOI, NOUS (reprise)

Voici l’article Toi, moi nous en reprise et un extrait de mon livre Ombres et Lumières. Merci de venir visiter le http://www.edilivre.com/catalog/product/view/id/751005/s/ombres-et-lumieres-d-a-lavoie/category/1566/#.V1Ym-5HhCUk

751005_LCL_C14

—————

TOI, MOI, NOUS

Toi, tu vis là-bas, dans ton pays lointain, au-delà de l’océan que tant de bateaux ont navigué. Ton soleil est de ce jaune lumineux,  ta lune est un disque qui guide ma nuit, ton eau est plus calme que houleuse, car elle porte le chant des sirènes…et ton ciel est souvent mauve comme la tendresse de ton cœur.

Moi, je viens de loin, de l’autre côté d’un océan que tu connais si peu. Mon soleil est d’or,  ma lune de bronze poli, mon eau est verte comme les vagues d’une émeraude…et mon ciel est bleu comme l’azur d’un horizon plein de promesses.

Nous, ce sont des riens qui font un tout, des sourires entendus, une complicité rien que pour nous, une entente naturelle que peu arrivent à saisir, et donc à comprendre. Nous, ce sont encore la folie, le rêve, l’inaccessible touché, l’improbable venu nous surprendre, la beauté qui ennoblit le laid. Cette part d’infini qui élève et permet de soulever les montagnes et de rendre ce qui semblait impossible, possible.

Toi, moi, nous. Un morceau d’humanité, un bout du monde, une planète à peine découverte; et un univers plus riche que tous  les trésors d’avant. Tu ouvres les bras et ils m’accueillent dans la chaleur de ton être. Je tends la main et tu saisis par elle l’immensité de l’Amour. Ainsi, tu es, je suis et nous sommes.

Il y a eu ces hiers; ils sont déjà loin, presque oubliés, sinon remis à leur place. Il y a également cet aujourd’hui par lequel nous vivons, chaque heure, chaque minute et chaque seconde. Cet aujourd’hui que nous tenons en cet instant précis, celui qui fait battre le cœur et danser l’esprit. Cet hier, il était déjà le prélude d’aujourd’hui; et notre aujourd’hui, il est encore la promesse de demain. Demain; donc, l’espoir qui fleurit par cette foi et grandit par cet Amour.

Toi, moi, nous. Un morceau de toi, une fraction de moi qui font un entier de nous, par nous et en nous. Nous marchons oui, mais pas seulement à côté de l’autre, mais nous marchons surtout AVEC  l’autre. Alors, le monde n’est plus « le monde », mais il devient un univers dans lequel gravite à présent ce nous.

D.A. Lavoie

© 2016 D.A. Lavoie – Tous droits réservés.

TOI, MOI, NOUS

images
Toi, tu vis là-bas, dans ton pays lointain, au-delà de l’océan que tant de bateaux ont navigué. Ton soleil est de ce jaune lumineux, ta lune est un disque qui guide ma nuit, ton eau est plus calme que houleuse, car elle porte le chant des sirènes…et ton ciel est souvent mauve comme la tendresse de ton cœur.

 

Moi, je viens de loin, de l’autre côté d’un océan que tu connais si peu. Mon soleil est d’or, ma lune de bronze poli, donc pâli, mon eau est verte comme les vagues d’une émeraude…et mon ciel est bleu comme l’azur d’un horizon plein de promesses.

 

Nous, ce sont des riens qui font un tout, des sourires entendus, une complicité rien que pour nous, une entente naturelle que peu arrivent à saisir, et donc à comprendre. Nous, ce sont encore la folie, le rêve, l’inaccessible touché, l’improbable venu nous surprendre, la beauté qui ennoblit le laid. Cette part d’infini qui élève et permet de soulever les montagnes et de rendre ce qui semblait impossible, possible.

 

Toi, moi, nous. Un morceau d’humanité, un bout du monde, une planète à peine découverte; et un univers plus riche que tous les trésors d’avant. Tu ouvres les bras et ils m’accueillent dans la chaleur de ton être. Je tends la main et tu saisis par elle l’immensité de l’Amour. Ainsi, tu es, je suis et nous sommes.

 

Il y a eu ces hiers; ils sont déjà loin, presque oubliés, sinon remis à leur place. Il y a également cet aujourd’hui par lequel nous vivons, chaque heure, chaque minute et chaque seconde. Cet aujourd’hui que nous tenons en cet instant précis, celui qui fait battre le cœur et danser l’esprit.

 

Cet hier, il était déjà le prélude d’aujourd’hui; et notre aujourd’hui, il est encore la promesse de demain. Demain; donc, l’espoir qui fleurit par cette foi et grandit par cet Amour.

 

Toi, moi, nous. Un morceau de toi, une fraction de moi qui font un entier de nous, par nous et en nous. Nous marchons oui, mais pas seulement à côté de l’autre, mais nous marchons surtout AVEC l’autre. Alors, le monde n’est plus « le monde », mais il devient un univers dans lequel gravite à présent ce nous.

 

DA Lavoie

 

© DALAVOIE-AUTEUR – TOUS DROITS RÉSERVÉS

LE LIVRE NUMÉRIQUE ET MOI.

atelier-livres-vs-tablette
Pourquoi est-ce qu’en février dernier, j’ai choisi de publier, ou plutôt d’autoéditer, mes livres en format numérique uniquement? Cette question-là, plusieurs me l’ont posé. Lorsque j’ai fait des articles publicitaires annonçant la parution de mon premier livre publié en numérique, on me demandait : ‘’Oui mais, où puis-je me le procurer, dans quelle librairie?’’. Alors évidemment, on recherchait une version imprimée en papier, soit une édition traditionnelle donc…et ce, même si j’avais pris le soin de bien préciser en début d’article que mon livre était disponible en version numérique uniquement. Ainsi, nombreux sont les lecteurs et lectrices qui associe le mot livre avec version papier. Or, c’est ainsi que se soulevait deux questions : le livre numérique, appelé aussi livre électronique ou livre-l, est-il un vrai livre? Et quels sont les coûts reliés à la publication, pour un éditeur, et à la lecture pour un lecteur?

===================
Avant de poursuivre cet article, je tiens à préciser que tout ce qui se dit ici vient seulement de moi et n’implique personne d’autre. Ceci seront donc les conclusions logiques de mon expérience individuelle avec le numérique.
====================

À la première question, le livre numérique est-il un vrai livre? Je réponds : oui, définitivement. Ce qui me permet de répondre sans hésitation à cette question que plusieurs se posent, ou encore que certains rejettent puisque pour eux seul le livre papier est digne de ce nom. Pourquoi en est-il ainsi? Sans aucun doute parce que le livre papier existe depuis des centaines d’années, qu’il reflète l’image sacrée de l’art de l’écriture et que le livre papier a une forme physique que nous pouvons toucher et manier. Loin de moi l’idée de renier ici le livre papier de quelque manière que ce soit.

Si j’ose affirmer que le livre numérique est un vrai livre, c’est parce que je me souviens de toutes les heures, les journées et les mois passés à écrire, inventer, réécrire, réinventer, aligner des phrases et recommencer mes textes dans l’unique but d’en faire ce qu’ils deviendraient : des livres. Puis, lorsque je croyais être en mesure d’écrire le mot fin à l’un d’eux, je relisais encore afin de me mettre dans la peau du lecteur en me demandant si ce que j’avais à offrir était digne d’être appelé un livre, moi qui ai toujours été une amoureuse des mots et très respectueuse des auteurs, de leurs créations littéraires. Moi, anonyme femme , un jour est venu où j’ai pu écrire le mot fin et dire fièrement : oui, c’est un livre.

Lire la Suite →

LE CHOIX DE CROIRE – THE CHOICE OF BELIEVING

images

Une journée où le soleil embrasse timidement le jour. Une chanson joue quelque part, mettant un peu d’ambiance en ce matin d’août. En étirant les bras, je sens que oui la vie est toujours là, puisque je sens cette sensation de fourmillement bien connu dans mes membres au levé! Pourtant, voilà qu’encore un été marche vers la sortie.

Oui, la vie est toujours là. Déjà en me levant, je dois faire un choix…celui de ce que je mangerai. Puis après, je devrai faire le choix de quels vêtements je porterai aujourd’hui. Ensuite, il me faudra sans doute faire le choix entre me taire ou parler. Donc, cette vie serait faite de choix?

Croire…c’est aussi un choix je crois. Le plus grand de tous, celui qui dirige nos existences et qui nous fait prendre à gauche ou à droite. Alors, croire est d’abord un choix…puis une bénédiction. Croire en quelqu’un ou en quelque chose ne peut être imposé. La croyance vient de la grâce.

De la grâce d’aimer, de vivre et d’être libre. Le ‘’Je dois croire parce que les autres y croient’’, devient parfois plus de l’habitude et de la culpabilité qu’autre chose. Ce serait donc plus fort de dire ‘’Je sais que je crois et pourquoi je crois’’. Est-ce que je me perdrai, me déchirerai ou encore me briserai? Sans doute…mais le pire serait que je cesse de croire.

Croire que ma vie n’est pas perdue…croire que j’ai le droit et le mérite d’aimer et d’être aimée. Croire que je suis moi et que je le resterai, peu importe les choix que je ferai demain. Croire, oui…en moi, mais aussi en toi. Toi qui te tient près de moi, qui me parle et me rassure.

Oui, choisir de croire, c’est aussi choisir de vivre et d’aimer.

D.A. Lavoie

====================

dreamstime_xs_25570440_liberte

A day when the sun is shyly kissing the day. A song playing somewhere is putting a bit of atmosphere in this August morning. By stretching the arms, I feel life is still there, because I feel this tingling sensation in my well-known members when I get up! Yet, another summer is walking toward the exit.

Yes, life is still there. Already when I woke up, I have to make a choice…of what I’m going to eat. Then after, I will make the choice of what clothes I will wear today. Then, I will have to probably make the choice between staying silent or to speak. So, this life is made of choices?

Believe…it is also a choice I think. The greatest of all, the one who directs our lives and makes us turn left or right. So believe is first, a choice…and then a blessing. Believing in someone or something cannot be imposed. The belief comes from grace.

The grace to love, to live and be free. The ‘’I have to believe because others believe,’’ sometimes becomes habit and guilt more than anything else. It would be stronger to say ‘’I know what I believe and why I believe’’. Will I lose, tear apart or break myself? Probably…but the worst would be that I stop believing.

Believe that my life is not lost…believe I still have the right to love and that I deserve to be loved. Believe that I am and that I will remain so, regardless of the choices I will make tomorrow. Believe, yes…in me but also in you. You who stands next to me, talking to me and reassuring me.

Yes, choosing to believe is also choosing to live and to love.

D.A. Lavoie

 

RÊVER – DREAMING

fem.mys-131a

English version after the French one.

Rêver que pour un instant je tiens dans mes mains l’or du début de mon enfance.

Rêver que ce soir, je retrouve mon père et ma mère et parle de la vie avec eux.

Rêver qu’un court moment encore j’entends le rugissement des vagues d’une mer de corail.

Rêver qu’étendue sur le sable, un soleil brûlant ma peau parvient à me réchauffer.

Rêver que toi qui est loin devient si près que je peux enfin te toucher.

Rêver, mais surtout croire et savoir que même si cette vie est parfois le miroir de la mort, elle est belle et la plus forte.

Rêver que demain les mots guerres, indifférence, violence, meurtre et mutilation ne feraient plus partie du dictionnaire.

Rêver que je pars, encore et toujours plus loin…que je plane si haut que même l’oiseau en plein vol ne me rejoint pas.

Rêver que comme avant, le trésor brille malgré les années, parce qu’il fait partie de moi.

Rêver de ne plus rêver, mais de vivre ce rêve que je suis, avec moi, en moi, avec toi et en toi.

D.A. Lavoie.

====================

fem.mys151

Dreaming for a moment that I hold in my hands the gold of the beginning of my childhood.

Dreaming that tonight, I find again my father and mother and talk about life with them.

Dreaming that for a short time I still hear the roar of the waves of the coral sea.

Dreaming that I’m laying there on the sand, and that an hot sun burning my skin manages to get me warm.

Dreaming that you so faraway, you become so close that I can finally touch you.

Dreaming, but also believe and know that even if this sometimes life is the mirror of death, she is the most beautiful and the strongest.

Dreaming that tomorrow the words war, indifference, violence, murder and mutilation are no longer part of the dictionary.

Dreaming that I go, again and always…that I fly so high that even the bird in flight is not getting to me.

Dreaming that as before, the treasure shines despite the years, because it is part of me.

Dreaming of not dreaming anymore, but to live this dream that I am, with me, in me, with you and in you.

D.A. Lavoie.