VIVRE OU EXISTER ?

interpretationreve_16

Prise entre des rêves qui flottent autour d’elle tels des nuages de coton, une réalité bâtie par d’autres et un instinct presque sauvage exprimant un besoin d’évasion et de liberté, elle permet à son esprit de partir. Alors il part ailleurs, il s’envole au-delà de ces montagnes et plane tel un aigle majestueux. Où va-t-il ? Nulle part et partout à la fois ; simplement vers d’autres contrées imaginées.

Que faire ? Continuer à piétiner et à demeurer sur place ou tout simplement partir pour de vrai ? Pour aller où ? Elle l’ignore et c’est très bien ainsi. Car la vie est , et doit demeurer, ce mystère souvent insondable. Ce mystère marqué d’inconnus et de surprises.

Elle ne veut plus se demander qui être, comment être, ni se poser de ces questions qui déséquilibrent l’âme ou encore changer pour plaire. Plaire à tout le monde n’est qu’une illusion, un reflet d’un esprit malin qui se joue de nous. D’ailleurs, changer, mais pourquoi ? Pour quoi et pour qui ?

Elle ne doit surtout pas se renier, lui dirait-on. Cependant, il semble qu’il ne serait pas constructif ni logique pour elle de renoncer à tout ce qui fait d’elle et ce qu’elle est ? Voilà une question qui demande réflexion ; l’une de celle profonde ou trop philosophique qui s’ignore aussi, si souvent…soit celle d’être ou d’exister.

Quelle différence ? Vivre, c’est Être qui on est. En revanche, exister, serait-ce être ce que les autres, ou certaines conventions, veulent que nous soyons afin d’entrer dans le moule du ‘faire comme tout le monde’ ?

Tout compte fait, il n’y a qu’une seule possibilité pour elle afin d’Être et de Vivre : préserver cet instinct presque sauvage, même avec fureur s’il le faut. Même si exister n’efface pas la douceur ni la force de vivre pleinement.

DA Lavoie

© DELVI-ART.FR– Tous droits réservés.

Publicités

INVITATION

 

MERCI DE PARTAGER L’ARTICLE SUIVANT :

Bonjour ! Vous êtes cordialement invités à venir visiter mon tout nouveau Site Internet au http://www.delvi-art.fr

Des services de rédaction en français et en anglais, de même que de traduction du français à l’anglais et de l’anglais au français, vous sont offerts à des prix concurrentiels. Pour un travail de qualité et rapide, n’hésitez pas à me contacter ! De plus, venez lire en toute liberté les articles que j’y publie et soyez tenus au courant des livres disponibles !

DA Lavoie

© DELVI-ART.FR– Tous droits réservés.

 

LECTURE… LIVRES… RÉDACTION… TRADUCTION…

cropped-ecriturenumerique2.jpg
Bonjour et bienvenue sur le site Auteure-D.A. Lavoie !

Livres/Lecture :

Avec les livres de D.A. Lavoie, ce sera tout un monde qui enchantera votre imaginaire, alors, laissez-vous emporter par la Magie des Mots d’un univers d’écrits enchantés ! Voyagez également parmi des galaxies où gravitent des astéroïdes se mouvant entre réalité et fiction. Portez des regards sur des passages qui touchent les êtres humains que porte cette planète terre.

Les livres de D.A. Lavoie, c’est la joie de lire et de découvrir une auteure polyvalente, dotée d’un style d’écriture fluide et plein d’émotions. Je vous invite à visiter sans tarder les pages de mes livres publiés affichés dans la barre de navigation ci-haut, présents sous la rubrique « Livres publiés de D.A. Lavoie ». Cliquez sur chaque titre pour avoir accès à la page de présentation et autres informations. Même pas besoin de sortir de chez vous! Vous pourrez profiter du confort de votre foyer et commander les livres de D.A. Lavoie en toute quiétude!

Rédaction et traduction :

De plus, je vous offre des services de qualité pour tous vos besoins de rédaction en français ou en anglais, de même qu’un service de traduction du français à l’anglais, ainsi que de l’anglais au français, et ce, de textes, de lettres, de messages mail, de Curriculum Vitae et autres, selon les besoins requis.

À qui s’adressent ces services ? À tout le monde, que vous soyez un particulier ou une entreprise . Chez AUTEURE-DALAVOIE, il n’y a pas de petit ou de grand boulot ! Alors, que ce soit un texte d’une page ou de cent pages, le service courtois et bien fait est le même.

Pour des services compétents et sûrs, avec des tarifs compétitifs, un seul nom à retenir : AUTEURE-DALAVOIE !

Pour toute information, prière de me contacter à l’adresse mail dalavoie@gmx.com ou encore au numéro de téléphone 06.14.10.57.16., en me précisant quel service vous souhaiteriez obtenir.

** PROMOTION : La première demande vous est offerte À MOITIÉ PRIX ! Ce qui veut dire que la première fois où vous faites appel à aux services de AUTEURE-DALAVOIE pour un besoin quelconque, le travail vous est livré pour la moitié du prix courant !

PS – Se rendre sur la page du site, ‘Tarifs et Paiements’, pour les prix de chaque service, merci.

Articles de l’Auteure D.A. Lavoie :

Les articles que je publie sur ce site sont entièrement nés de ma plume et sont disponibles pour nourrir magazines, journaux, forums, blogs, sites ou autres publications (voir la page ‘Écrits de D.A. Lavoie’ pour lire mes articles publiés sur ce site). Si vous désirez publier un de ceux-ci chez-vous. veuillez m’écrire à dalavoie@gmx.com. Merci.

D.A. Lavoie

© Auteure-D.A. Lavoie – Tous droits réservé –

CES MOMENTS DE MA VIE

14991916_681287305373371_5750753087047391177_n

Je suis là et pourtant je suis aussi ailleurs, prise entre ce besoin d’être, cette envie d’encore tout goûter, ce désir de Vivre et cette faim d’Aimer…de t’Aimer toi.

Ces moments de ma vie, ce sont tous ceux qui de quelque façon ont meublé, et meublent encore, mon existence. Toutes ces choses que j’ai vécues, ces monts que j’ai gravis et ces ponts que j’ai traversés n’ont pas été vains.

Je te regarde et je vois dans tes yeux un éclat de vie que j’avais terni. J’entends dans ton rire les cascades de tes eaux cristallines. Toi aussi tu as froid parfois ; cependant, notre feu nous garde au chaud.

Ces moments de ma vie, ils partent de loin. Ils ont traversé un océan de peurs, d’inconnus et de doutes, mais également de tant de joie, de paix et de sérénité. Je n’avais pas le choix, sauf celui de te choisir. Sinon, cela aurait été comme renoncer à respirer !

Un jour, bientôt, ces moments de ma vie deviendront ancrés entre nous. Ce soir, tu trembles un peu et l’avenir te fait craindre l’orage. En revanche, de ces moments de ma vie, j’écrirai un autre chapitre de notre livre… et tu y ajouteras tes mots.

Ces moments de ma vie, je les tiens entre mes mains et je te les offre afin qu’ils deviennent aussi la force de qui je suis…rien, mais une femme que seul l’Amour vrai a su sauvé. Je ne dis rien de grand, je ne fais rien de grand, mais je suis LÀ.

Par ces moments de ma vie, je SUIS…tout comme par ces moments de ta vie, tu ES.

D.A. Lavoie

©  AUTEURE-D.A. LAVOIE – TOUS DROITS RÉSERVÉS –

 

QUI ÊTRE ?

13532772_1093667560699872_5941346440369625938_n

Qui puis-je être, sinon moi-même ? Ceci ne doit-il pas être le premier pas de la découverte de soi ? Être qui nous sommes. En revanche, il y a toute une foule de non-dits, de faux-semblants, d’ignorances, de préjugés ou encore de discriminations qui gravitent autour de notre recherche.

Qui être ? Celui qui tout simplement suit le système afin de tenter de s’adapter à un monde extérieur à lui ? Donc, n’est-ce pas aussi en quelque sorte demeurer le spectateur de sa vie ? On s’adapte oui…soit par lassitude, par paresse, par confort ou par habitude.

Qui être ? Rien…et tout. L’artisan de sa vie. Prendre le recul nécessaire pour déterminer ce qu’on veut vraiment vivre et devenir, tout simplement. Être soi ne devrait pas être si compliqué ; serait-ce nous qui compliquons l’art d’être soi, de s’aimer, de s’accepter, de même que celui de vivre ?

En somme, il faut faire des choix…chaque jour, toujours, et en tout. Comme celui de vivre détaché de tout ; non être indifférent, tout juste ne pas prendre sur soi tous les fardeaux du monde et les porter comme une croix, ou s’en servir comme excuse pour ne pas avancer en se disant que cela est vain et inutile. Ces poids que souvent la bonne société, les traditions ou les conventions nous imposent.

Ne plus avoir peur de s’affirmer et de dire ‘Je suis différent et c’est très bien comme ça’. Être soi, non par vengeance, par dépit, par indifférence, par orgueil ou rempli de haine, mais plutôt vivre selon ses valeurs et ses croyances.

Qui être ? Une seule réponse possible : moi. Près de ce monde qui m’apporte paix et sérénité…et me sentir bien, seulement par ce que je suis, par ce que je pense,  par ce que je dis et par ce que je fais. Ne pas refaire le chemin de ces sentiers déjà foulés qui nous maintiennent dans la noirceur, mais marcher sur une nouvelle route afin de d’aller vers la lumière.

Conclure en sachant que l’être est tellement plus grand que l’avoir. Tous ces mots et ne rien dire…ou au contraire tout dire. Qui être ? Ne plus chercher…avec une harmonie en soi, dire paisiblement ‘Je suis’.

D.A. Lavoie

©  AUTEURE-D.A. LAVOIE – TOUS DROITS RÉSERVÉS

 

 

ÊTRE SOI-MÊME EN COUPLE

couple

 

Seul… un simple mot qui pourtant transporte une odeur de solitude, même si parfois celle-ci est choisie. Désire-t-on vraiment vivre seul ? N’est-ce pas un peu se leurrer et inconsciemment faire semblant d’être totalement heureux ainsi ? On pense ne devoir rien à personne… et pourtant, on se doit déjà à soi-même ; ne serait-ce que de nous accorder le droit d’être entièrement bien et serein, sinon heureux, dans ce choix de vie. On se dit qu’on n’a pas à plaire ou séduire… on ne fait de mal à personne… sauf à soi, peut-être.

Choisir de vivre en couple tout en demeurant soi-même. Cela semble beaucoup demander de soi ! Cependant, si l’Amour complice, entier et authentique prend la place qui lui revient, alors cette vie à deux ne porte pas le poids du sacrifice qu’on se permet de lui coller comme étiquette.

Vivre en couple tout en demeurant soi-même est très possible. Il faut y travailler, mais ce travail se fait d’abord sur soi-même. Grandir, se connaître, s’aimer, s’accepter, se respecter, s’ouvrir et se donner le droit de vivre et d’aimer. C’est donc également demeurer fidèle à soi-même. Ne plus se cacher derrière la façade de ce mur aux briques de peur, de regret, d’incertitude et même d’indifférence envers soi et l’autre, indirectement. On dit les choses avec sincérité, parce que c’est naturel… même ces choses qui parfois déplaisent un peu ou repoussent l’autre au plus profond de ses blessures et de ses méfiances. Parfois, on croit protéger, alors que là n’est pas le besoin. Surtout, il ne faut pas faire et dire les choses seulement pour plaire à l’autre… mais parce qu’on en a envie et qu’on le veut.

Le couple ne se bâtit-il pas sur la fondation de chacun des êtres qui choisissent de vivre ensemble ? Puisque chaque moitié du couple est un pilier qui soutient et est le cœur, l’âme et le corps de la maison.

Être soi-même en couple semble s’avérer presque un défi… ce qui en revanche relève du bien-être et de l’harmonie que ressent chaque pilier. Tout cela se transmet et s’étend par la suite jusqu’au couple. Il s’agit donc également d’une connaissance de soi qui devient aussi une connaissance de l’autre et  se termine par la connaissance de cette entité appeler couple.

Être, vivre et surtout progresser en couple, c’est réussir à toucher le dessous de l’écorce et préserver ce tronc commun qui lie, embrase, séduit, comprend, accepte, communique, se renforce, grandit et s’habille de couleurs afin que les deux piliers de la maison puissent mieux se soutenir mutuellement et s’épanouir individuellement.

Être soi-même en couple : une nécessité pour la réussite de cette vie à deux. Marcher côte à côte sans prendre toute la place… trouver cette pierre de l’égalité. Il  y a un toi et un moi qui sont deux branches distinctives. Puis, il y a un nous. Ce nous de l’Amour est l’arbre qui de ses racines solidifie le tronc commun où se nourrissent chaque jour les deux branches.

On ne eut comprendre l’autre sans se comprendre soi-même. Albert Camus disait également que ‘Comprendre, c’est avant tout unifier.’. Et unifier, c’est d’abord être soi-même puis harmoniser cette unification qui devient l’unité entre deux êtres.

Être soi-même en couple… ne serait-ce pas tenir dans sa main la clé qui ouvre la porte à un autre bonheur de vivre à deux ?

D.A. Lavoie

© D.A. Lavoie – Tous droits réservés.

PARFUM D’ADIEU

 

 

1529b903228a9062eb70011371a15c60Nous nous étions connues à l’âge de sept ans. C’était une gamine espiègle, curieuse, intrépide, indépendante, volontaire, généreuse, sensible, orgueilleuse et fière, parfois même un peu dure (était-ce une carapace qu’elle se mettait  pour se protéger ?)… et je dirais même osée! Plus une chose lui était interdite, plus nous étions certains qu’elle foncerait droit dedans sans baisser les yeux! Elle semblait ignorer le doute, le manque de confiance en elle ou encore la peur, sans doute afin de ne rien manquer…et surtout pour ne pas se manquer elle-même.

Elle avait grandi entre l’amour débordant d’une mère douce et battue, tant moralement que physiquement, d’un père distant qui semblait souvent indifférent et d’un frère plus âgé quelque peu rejeté et limité, mais qu’elle protégeait avec amour et loyauté, ses trois sœurs aînées étant parties au loin. Elle était alors un peu devenue la protectrice qui défendait la veuve et l’orphelin.

Mes souvenirs d’elle et de nous… par où commencer ? Ils sont là, bien vivants, mais tout écrire m’est douloureux, même si intérieurement je souris en revoyant son visage ouvert et ses yeux lumineux.

À toi… tu es là en moi pour toujours. Une amitié spéciale nous unissait… tu es là-haut et tu me regardes sans doute. Tu as terminé ta course folle vers un soleil brûlant. Tu vois, je ne pleure pas même si ma gorge se noue et que mon cœur a mal.

Pour toi, toujours aller là où les autres ne vont pas, vivre pleinement ce contre-courant, goûter à tout, explorer les interdits et longer les corridors sombres et inhabituels était naturel, logique… bref, tout simplement toi.

Il y a longtemps qu’on ne s’est pas vues. Comme tu vois, je suis loin de toi physiquement et je vis enfin l’Amour entier que parfois j’avais inconsciemment attendu.

Non, tu n’es plus là. Un parfum d’adieu embaume l’air ces derniers jours. Cependant, tu ne meurs pas totalement, puisque tu vis dans mon cœur… ce n’est qu’un au revoir alors, du moins, jusqu’à ce que je te rejoigne ! Dors maintenant, repose-toi de tes guerres.

Et puis, tu sais quoi? Je suis bien, car mes souvenirs de toi sont doux. Comme tu disais : ‘On est pas riche mais on est bien.’ !

Parfum d’adieu…à ta santé mon amie, au revoir. Tu as fermé les yeux pour toujours sur ce monde et tu les ouvres sur un autre, tout neuf… ton âme plane. Puisses-tu à présent voyager en paix.

D.A. Lavoie

© D.A. Lavoie – Tous droits réservés.

MOTS D’HIER ET D’AUJOURDUI

13532772_1093667560699872_5941346440369625938_nÀ nous.

Elle s’était promenée quelque part entre l’ombre et la lumière. Elle avait connu le jour et parfois vécu la nuit. Toute jeune, elle était une gamine adorable, espiègle, spontanée, ouverte et curieuse de tout! Enfant rebelle, elle avait souvent erré sans trouver, puisqu’elle ne savait pas trop ce qu’elle cherchait !

Un prince, un sourire, la fortune… ? Ou tout simplement ces marques d’amour et de tendresse. On lui disait parfois des mots  plus doux, mais souvent ces mots se voulaient durs et égratignaient son cœur, son âme et même sa chair. Les je t’aime, les bravos, les mercis, les bien fait, étaient le plus souvent conditionnels et calculés.

En grandissant, elle était devenue une jeune femme qu’on dit forte et indépendante… sans doute en réponse à toutes ces agonies et ces blessures dont on l’avait inondée. Alors, elle avait cru fatalement que subir voulait dire accepter. Elle avait alors vécu sa vie avec ce qu’elle prenait pour du courage; elle avait foncé dans tout ce qui bougeait autour d’elle. Il y avait en elle l’existence de la femme, mais non la vie, celle qui dit des mots d’amour.

Puis un jour, un peu comme un miracle, elle avait reconnu et accueilli sur sa route cette autre qui avait tout chaviré et bousculé son univers semblant fort et pourtant bien fragile. D’autres mots étaient venus remplir ses jours, peupler ses nuits et presque l’envoûter. Des mots tendres, doux, porteurs de lumière, profonds et mélodieux.

Elle buvait l’eau d’une fontaine dans laquelle se miroitait son âme. Elle ne s’y attendait plus, n’y croyait plus, que cet Amour existait encore… celui que très longtemps auparavant elle avait imaginé et connu dans ses rêves, ceux endormis et ceux éveillés.

Tous ces mots d’hier qui furent dits et qui venaient du fond du cœur, du fond du corps, du fond de l’âme… bref, du fond de l’être, entièrement et complètement. Des mots qui devinrent vite des gestes, des partages et aussi des révélations. Se retrouver ainsi à voir battre son cœur pour l’impossible de cette incroyable chevauchée qui ne se résumait qu’en un seul mot : AMOUR, celui avec un grand A, celui plus grand et plus haut que tous les autres amours.

Aujourd’hui, ces mêmes mots dansent plus que jamais dans sa tête, mais surtout dans son cœur. Ces mots d’aujourd’hui qui sont ceux d’hier… par contre, ils ont encore plus de saveur, puisqu’ils sont la continuation de ceux d’hier.

Mots d’hier et d’aujourd’hui. Toujours ils reviennent avec la même force et le même engouement pour cette nouvelle vie. Ceux d’aujourd’hui se cachent un peu derrière ceux d’hier, mais ils n’en sont pas moins riches ni moins grands.

Et aujourd’hui n’est plus hier… il est encore mieux. Car pour elle, la morsure d’un vide, les joies éphémères des passages, les oublis de vivre, les rires qui creusent un fossé où on se sent mal, font place à la plénitude, aux mémoires d’un seul sourire, à la grâce d’une Vie et à la Tendresse d’un cœur aimant.

Alors, les mots d’hier et les mots d’aujourd’hui, ce sont les mêmes au fond. Même si ceux d’aujourd’hui sont différents, ils gravitent à chaque seconde autour d’une planète sur laquelle elle a un jour marché. Alors les je t’aime, elle peut les dire sans rien voler aux mots d’hier, car ils opèrent toujours en elle cette magie qui l’émeut et la transporte Ailleurs.

Ce qui fut hier est aujourd’hui… s’ayapo, Agapi mou.

D.A. Lavoie

© D.A. Lavoie – Tous droits réservés.

 

 

LE CŒUR +15

12347640_791143854328800_7328438545322894787_n

‘Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous avez envie d’entendre, ce que vous entendez, ce que vous avez envie de comprendre, ce que vous comprenez, il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer.

Mais essayons quand même…’. – Edmond Wells

Essayons quand même… de voir au-delà des apparences, d’ouvrir les yeux, mais surtout le cœur. Car bien plus que l’intelligence cérébrale, il y a l’intelligence émotionnelle, celle du cœur.

Quelques fois, il vient sur notre route une rencontre sans doute un peu inattendue et même improbable, l’une de celle où l’on voit d’abord les différences entre nous et l’autre. On écoute alors sa tête avant tout, puisque nous sommes tellement habitués à raisonner ‘l’avoir’ (ce que l’autre devrait et peut nous apporter), avant de voir ‘l’être’ (qui il est et ce qu’il y a dedans).

Pourtant, l’amour ne va-t-il pas plus loin? N’a-t-il pas le regard qui touche le centre de l’être humain ? Que la relation soit amoureuse, amicale, familiale, professionnelle ou autre ? On pose les yeux sur l’autre…mais que voyons-nous ? Le cœur sous l’écorce ? Ou bien nous arrêtons-nous à l’écorce dure et rugueuse qui dort sous ses couches d’habitudes ?

Pourtant, lorsque nous prenons le temps de voir en plus de regarder, d’écouter en plus d’entendre, il arrive que nous découvrions un cœur +15. Qu’est-ce qu’un cœur +15 ? Peut-être simplement un cœur généreux, qui offre cette partie de son être qui est son centre à lui ? C’est-à-dire aussi, un être qui sous ses peaux endurcies est autre chose que ce que nous croyons ‘mal’ ou ‘pas assez’, ou encore en-dehors de nos standards de vie. En somme, un être qui attend, qui espère, qui donne… et qui aime vraiment.

Entre le monde de l’autre et le sien, il n’existe souvent qu’un pas à franchir. Malgré toutes ces difficultés à communiquer, il y a également ces possibilités à bien nous entendre au delà de nos croyances et de nos différences. Donc, rien n’est perdu !

Ouvrir notre intelligence émotionnelle, c’est peut-être bien se donner la chance de découvrir un cœur +15 et d’être heureux. Vivre, c’est risquer… et donc oser aimer. L’amour ne s’impose pas, il se vit, tout simplement. Si l’autre doit tout changer de lui-même pour plaire ou répondre à nos critères, alors il risque de ne plus être lui-même. Certes, nous avons tous des besoins à combler et des lignes directrices dans nos vies, et vivre hors d’elles serait un peu nous écarter de nos chemins de vérité intérieure. Cependant, le ‘je t’aime’ ne devrait pas être ‘parce que’ ou ‘si’ (conditionnel), mais ‘malgré’ et ‘au-delà’ (inconditionnel)… et d’essayer, de dépasser ses peurs et ses doutes.

Découvrir un cœur +15? Rien de plus à faire que… d’écouter son cœur et pas seulement sa tête. Alors, essayons quand même.

D.A. Lavoie

© 2016 D.A. Lavoie – Tous droits réservés.

RÉINVENTER LES MOTS ‘JE T’AIME’

 

mots-d-amour-68

 

Une histoire qui débute un peu timidement… des regards et des mots qui nous bouleversent. Des émotions qui nous submergent et nous prennent dans leur tourbillon de bien-être et de folie. Nous entendons ces phrases qui nous chavirent et nous sentons que cette fois, tout est différent, plus rien de comparable avec le déjà vu ou déjà entendu des ‘Je t’aime’ dit du bout des lèvres, quelques fois sincères et parfois trop faciles. Facile parce que dit sans vraiment réaliser le poids et l’importance que prennent ces mots.

Nous disons ‘Je t’aime’ comme on dit merci, tu es belle ou j’aime, tout simplement, même si nous ne savons pas trop combien sont grands ces mots ni ce qu’ils contiennent de profond. Par contre, ces ‘Je t’aime’ parfois dits un peu trop précipitamment, ne sont-ils pas souvent dirigés vers soi-même ? Sans y penser ni  trop leur accorder d’importance, ils sont aussi les ‘Je t’aime’ pour ce que tu m’apportes, pour le bien que tu me fais… ces ‘Je t’aime’ parce que je veux, et non ces ‘Je t’aime’ malgré ce que je veux… et tout doucement, nous glissons dans le cadre de l’habitude. Nous croyons, un peu naïfs ou endormis, que le simple fait d’énoncer ces mots doux dit tout, que nous n’avons plus rien d’autre à dire ou à faire.

Cependant, sommes-nous entièrement, complètement heureux et comblés ? Comme si les entendre suffisaient pour que nous ne doutions pas ni que nous ressentions le besoin d’aller chercher plus loin.

Et si nous réinventions les mots ‘Je t’aime ? Leur trouver des synonymes ? Qui seraient quoi ? Adorer ? Désirer ? Chérir ? Affectionner ? Et quoi encore ? Ces mots ne sont-ils pas tous compris dans les mots ‘Je t’aime’ ? Donc, dire ‘Je t’aime’ résumerait tout et serait la manière de traduire tous ces battements de cœur ? Pourtant, dire un simple ‘Je t’aime’ est-il assez ? Alors, que sont devenus les regards et les autres mots du début ?

En somme, réinventer les mots ‘Je t’aime’, c’est se réinventer chaque jour soi-même afin de mieux remplir l’autre du parfum de notre amour. Il faut si peu si souvent. Un geste banal qui devient le geste de tendresse et de douceur dont l’autre a besoin. Comme le regarder chaque fois comme si c’était la première fois que nous croiserions ses yeux… voir dans ceux-ci l’éclat de lumière qui nous captivait… retrouver le miroir de son âme, également.

Réinventer les mots ‘Je t’aime’… et si c’était de ne pas faire des pirouettes pour impressionner ou épater, mais simplement demeurer soi-même… et AIMER, vraiment Aimer, et être là tout près, comme avant… envoyer le message à l’autre que non, rien n’a changé du tourbillon de bien-être et de folie.

D.A. Lavoie

© 2016 D.A. Lavoie – Tous droits réservés.

 

%d blogueurs aiment cette page :