Regarder ailleurs…sauf en nous? – Looking elsewhere…than in us?

10151225_532128793572586_1615426374_n

 English version after the French one.
 Bonjour.
Le ciel semble avoir revêtu une énorme cape dont les extrémités pleurent toujours!!! Donc, pas de soleil en vue. Cependant, tout ce gris doit-il s’étendre aussi jusque dans notre intérieur?
Qu’y puis-je? Pas grand-chose…sauf que de partager avec vous une pensée de Margo Adair, qui nous amène à réfléchir un peu plus profondément sur ce qui nous entraîne dans une ronde qui parfois tourne un peu trop vite. Alors, nous nous perdons dans un dédale qui semble n’être qu’un long et sombre corridor. Pourtant, c’est celui que nous nous obstinons à emprunter, même si nous ne voulons pas avoir à plonger dans l’eau glacée vers laquelle il nous conduit! Toutefois, celle-ci cache sous son lit le pourquoi de nos tourments!? Margo Adair disait:  »C’est le fait de dénier perpétuellement les conflits au comportement compulsif qui caractérise toute dépendance. Lorsqu’on refuse d’affronter et de définir ce qui nous tracasse vraiment, on est porté à regarder ailleurs. ».
C’est ainsi que nous noyons alors nos peurs et nos maux dans une rivière qui n’est que souffrance. Souffrance du corps, mais aussi de l’esprit. Nous nous tournons si souvent vers l’extérieur afin de nous sentir mieux….et nous nous créons un monde dans lequel nous croyons pouvoir échapper à notre bête. Et de cela découlent nos dépendances…à l’alcool, à une drogue quelconque, au jeu, au sexe, ou encore nous devenons de ces dépendants affectifs qui ne savent comment vivre sans avoir ce quelqu’un qui les prend en charge pour tout!
Eh oui, nous entretenons une cruelle illusion qu’au moins lorsque nous portons un masque, nous sommes toujours quelqu’un! Ce reflet masqué de nous fait croire qu’il se sent mieux. Mais mieux que quoi? Sommes-nous vraiment bien avec nous-mêmes?! Prenons le temps de réfléchir et surtout d’oser nous avouer la vérité.
Arrêtons-nous un moment, regardons ce que nous ne voulons pas ressentir et ce à quoi nous ne voulons pas faire face. Arrêtons-nous et regardons quelles sont les sources de tous ces désespoirs qui nous poussent à nous détruire ainsi. Nous trouverons sans doute que de là viennent aussi toutes nos maladies, nos pensées négatives et nos malheurs.
Lorsque nous demeurons prisonniers de nos dépendances, et que gronde toujours l’orage, le conflit ne peut s’apaiser. Pourquoi? Pour la simple raison que nous ne le regardons pas en profondeur, ce conflit! N’est-ce pas tellement plus facile de nous laisser couler avec le navire qui prend l’eau, plutôt que de tenter de nager et de gagner la rive??? Pourtant, cette plage qui nous accueillerait nous permettrait sans doute de retrouver en nous le trésor qui sommeille et qui attend qu’on vienne le sortir de sa cachette!
Faisons-nous donc le plus beau cadeau qui soit: avoir confiance que nous pouvons nous libérer de ce poids que nous traînons. Alors, aujourd’hui, grandissons dans cette assurance que lorsque nous osons regarder ce qui perturbe vraiment notre sérénité, nous avons fait un pas dans la bonne direction. Croyons dès maintenant qu’en cherchant au plus profond de nous notre propre vérité, nous découvrirons la porte derrière laquelle se trouvent la liberté et la paix.
D.A. Lavoie.
====================
1527502470_small
Hello.
The sky seems to have taken on a huge cape from which the ends always cry! So, no sun in sight. However, if everything is gray, does it also have to extend into our home?
What can I do? Not much…except to share with you a thought of Adair Margo , which leads us to think more deeply about what draws us into a round that may turn a little too fast. So we get lost in a maze that appears to be a long and dark corridor. Yet, it is one that we persist to borrow, even if we do not want to have to dive into the icy water to which it leads us! However, it hides under her bed the reason of our torment? Adair Margo said: ‘‘It is the fact of constantly denying conflicts of compulsive behavior that characterizes all dependency. When we refuse to confront and define what really bothers us, we tend to look elsewhere. ».
So, we drown our fears and pain in a river which is only suffering. Suffering of the body, but also suffering of the mind. So often we turn outward to feel better…and we create a world in which we believe we can escape our beast. And this result by our addictions to alcohol, any drug, gambling, sex, or we become emotionally dependent, like those who do not know how to live without that someone who carry them in everything!
Yes, we have a cruel illusion that at least when we wear a mask, we are always someone! This masked reflection makes us believe he feels better. But, better than what? Are we really good within ourselves? Take time to think and especially to dare confess the truth.
Let us pause a moment, look at what we do not want to feel and what we do not want to face. Let us stop and look at what are the sources of all these despairs that drive us to destroy us as well. We probably will find that there lies also all our diseases, our negative thoughts and our misfortunes.
When we remain prisoners of our addictions, and always scolding the storm, the conflict cannot be appeased. Why? For the simple reason that we do not look in depth of this conflict! Is it not so much easier to let us down with the ship is taking in water, rather than attempting to swim and reach the shore? However, this beach which would welcome us could probably contain the treasure that lies within us dormant and waiting for someone to come out of hiding!
Let’s give us the best gift of all: have confidence that we can free ourselves from this burden that we drag. So today, let us grow in this insurance that when we dare to look at what really disturbs our peace of mind, we have made a step in the right direction. Believe now that in seeking deep within us for our own truth, we will find the door behind which are freedom and peace.
D.A. Lavoie.
Publicités

À propos D.A. Lavoie
''Mon âme a son secret, ma vie son mystère''...une rêveuse passionnée avec la tête perdue dans certains nuages oui, mais avec les pieds bien sur terre...et toujours amoureuse...de la vie, de l'amour et des mots....puis vivre de tout ce qui est encore à découvrir. ''My soul have its secret, my life its mystery''...a passionate dreamer with her head lost in some clouds yes, but with my feet well on the ground...and always in love...with life, with love, with words...and living by what else is to discover.

23 Responses to Regarder ailleurs…sauf en nous? – Looking elsewhere…than in us?

  1. Dan Gazénia says:

    Chère Delvy, bonsoir,
    Tu ne fais jamais la morale , non, tu nous permets de prendre du recul, et de faire des mises au point sur notre vie. C’est primordial. Il faut savoir, à la croisée des chemins de la vie, prendre du temps et , parfois, changer de cap, sinon, on risque des opportunités qui ne représenteront jamais.
    Bises
    Dan

    J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      Bonjour Dan…tu es bien gentille et généreuse. Sans vouloir justement me targuer de  »faire la morale » comme tu dis, je crois tout de même que chaque personne a un peu la responsabilité de dire les choses! Il y aura ges personnes qui éviteront certains sujets, alors que d’autres en seront enchantées. L’important est de se sentir bien vec e qu’on partage je pense. Pour te répéter, oui évidemment nous devons tous faire des mises au point sur notre vie. Parfois il est de rester, d’autres fois il est mieux de partir! Merci beaucoup de ta visite, j’apprécie énormément. Très bonne semaine à toi et gros bisous, Delvi.

      J'aime

  2. majid says:

    Bonjour Delvina ,

     » Regarder ailleurs …sauf en nous  »
    est un papier social et psychologique ., je l’ai trouvé intéressant du moment qui traite des choses de la vie courante .
    a mon avis , les pressions exercé par la société ont une influence sur les proies faciles qui sont :
    les ignorants(e) , les naïfs(vaines ) et se retrouvent par le temps dans un labyrinthe sans issue , il n’y a qu’avoir la vie aux bas-fonds de la société .
    par contre , l’autre catégorie instruite aguerrie aguets refuse ses fréquentation douteuses et les choses qui sont contraires à leurs principes :
    dans cet ordre d’idées , il convient de souligner que malgré les conseils prodigués , l’éducation , la surveillance et plus que nécessaire car nos adolescents , ça ne sont au fait que des bébés -adultes …cette assistance , évite les dangers qui guettent nos ados par cette dépendance nuisible ….avec le temps , ils deviendront murs(e) et distingueront le bon grain de l’ivraie .
    j’ai bien apprécie l’expression :
     » …grandissons dans cette assurance …faire un pas dans la bonne direction  »
    merci de ce régal intellectuel combien édifiant et constructif .
    bravo! et bonne continuité pour ta beauté culturelle et la verve de ta bonne plume d’or ,combien très fertile …mes amitié majid .

    J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      Bonsopir Majid. J’aime bien ton commentaire…sauf qu’il y en a tant parmi les  »gens instruits » qui ne savent pas plus que les gens des rues qu’ils portent leur plus grande richesse en eux; alors ils s’évertuent à trouver une quelconque richesse en se faisant même croire que là est leur bonheur et leur vie. Les gens aguerries comme tu dis sont d’abord et avant tout des gens doté d’une bonne conscience sociale et d’une justice vraie, et ce peu importe leur classe sociale. Je te remerci pour ton commentaire régléchi, bonne semaine et gros bisous, Delvi.

      J'aime

  3. Lucia says:

    Excellent article Delvina , tu soulèves tant de questions ici.
    Regarder ailleurs qu’en soi est une fuite de soi.
    Beaucoup de personnes multiplient les activités pour ne pas se confronter à elles-mêmes et au vide existentiel qui les habite. Comme tu le développes ici, d’autres plongent dans l’alcool ou autres drogues, ce qui semble apaiser momentanément leurs angoisses, mais ne les guérit pas.
    Cette fuite de soi est un manque de confiance de soi et il faut revenir à la construction de notre personnalité pendant la petite enfance pour comprendre le pourquoi de nos fonctionnements, des facteurs bloquants et nos résistances à changer.
    Dans certains cas une aide thérapeutique s’avère nécessaire parce seule la volonté ne peut suffire.
    Bonne semaine mon amie, bisous

    J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      Bonsoir Lucia…tu as parfaitement raison. Parfois, il faut plus que de la volonté…car nous nous croyons plus forts que nos dépendances, hélas. Comme j’ai toujours soutenu, il n,y a aucune honte à aller chercher de l’aide. Consulter un psy lorsque cela est nécéssaire est plutôt de la lucidité, non de la  »folie »! Reconnaître qu’on a un problème est déjà le premier pas vers la guérison. Tu le dis tellement bien dans ton commentaire…c’est super bien dit et complet. Merci beaucoup de ta visite et reviens uand tu veux! Bonne semaine et gros bisous, Delvi.

      J'aime

  4. damemiracle says:

    Se libérer du passé, croire en l’avenir et nous. Se libérer de vieux préceptes solidement ancrés dans notre enfance et lâcher prise sur ce que nous ne pouvons pas changer, quel beau projet de vie Delvi, il y a beaucoup de travail, mais nous pouvons y arriver si nous nous faisons confiance et si nous faisons confiance en la vie… Se libérer de nos dépendances, bonne chose à faire aussi, bravo mon amie, très bon texte! Gros bisous et bonne fin de journée, Gigi 🙂

    J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      Bonsoir Gigi…lâcher prise, prendre ses responsabilités, se relever lorsqu’on tombe et même vivre et aimer nous demandent si souvent de regarder en nous, de nous admettre nos torts et nos bons coups, mais c’est ainsi je crois que nous pouvons grandir et aller plus loin. Merci de ton commentaire, bon lundi et gros bisous. Delvi.

      J'aime

    • damemiracle says:

      Oui tu as raison Delvi, c’est le travail de toute une vie mon amie, bon début de semaine à toi aussi, gros bisous mon amie, Gigi

      J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      à toi pareillement ma douce!Je vois que nous sommes encore d’accord! Gros bisous, Delvi.

      J'aime

      • damemiracle says:

        Eh oui, encore une fois, ça devient une habitude qui me plaît beaucoup, gros bisous, Gigi 🙂

        J'aime

      • D.A. Lavoie says:

        Hi, hi…à moi aussi ma belle! Gros bisous.

        J'aime

  5. Dan Gazénia says:

    Je sais ce parcours pour l’avoir cent parcouru!, et m’en être sortie, pas toujours indemne. Mais , en effet, il faut savoir se remettre en question, et arrêter de se plaindre, et de ne rien faire pour changer de cap! C’est beaucoup plus difficile , en effet, que de se jeter dans des activités multiples, ou des drogues de toutes sortes, qui ne sont que des prétextes à ne pas faire cette introspection nécessaire, mais très dure , et on peut se tromper, non? Dès l’adolescence j’ai refusé dans les boums et bandes de copains: le tabac, l’alcool, et les drogues. Je pense que la plupart du temps, les êtres en difficulté, ne s’aiment pas, et n’acceptent plus la vie qu’ils mènent. Mais ils restent immobiles, et ne font rien pour s’en sortir, et même peuvent entraîner leurs proches. Comment avoir la force de réagir?. Ce n’est pas donné à tout le monde.
    Je le tiens de mes parents : des battants, qui ne capitulent jamais .Donc, jamais un genou en terre, et si!…Se relever aussitôt, ou se faire aider.
    La vie est faite de « hauts » et de « bas », et de jours critiques : ce sont « les biorythmes ». Qu’on y croit ou non, je l’ai mis en pratique comme beaucoup d’arts divinatoires, car je n’ai pas la chance d’avoir la foi. Je suis curieuse de tout ce qui peut aider à s’en sortir , dans une société qui ressemble , souvent , à une épreuve, et non un Eden?.
    J’ai étudié toutes les religions.
    Nous avons tous une chaîne avec un boulet à traîner, et la longueur détermine notre liberté d’action. A nous de l’alléger, de savoir ce que l’on peut tenter pour se réaliser. Pas facile? A qui le dites-vous , née dans une famille d’artistes, ma vocation était toute tracée. Mon père décédé, j’ai dû y renoncer , pour aider ma mère et mon frère, et devenir fonctionnaire, j’ai pleuré des années. Et j’ai compris que je pouvais enseigner aux autres tous les arts que j’aimais , créer des contes et les illustrer, faire les maquettes des costumes des ballets de mon frère , qui ,lui, avait, grâce à moi et son talent réussi, et j’en suis fière.
    Pas d’argent?, et envie de découvrir le monde, j’ai organisé des expéditions avec des 2CV et une tente, avec comme budget: l’essence. Mon ex-mari , a accepté et pendant 13 ans nous avons parcouru le monde: Scandinavie : »soleil de minuit », le Moyen-Orient, le Maroc, toute l’Europe, et nous aurions fait le tour du monde , en travaillant, si mon fils n’était pas né, et si mon mari n’était pas parti. J’ai continué avec mon bébé de 9 mois , jusqu’à ses 17 ans .ce n’était pas une fuite, c’était le bonheur de rencontrer d’autres civilisations, d’engranger des connaissances, de se faire une vieillesse pleine de souvenirs hors normes. Là, pour aller au-delà des mers, j’ai commencé à prendre l’avion et louer des voitures sur place.Je lui ai fait la vie belle, et c’est « mon essentiel ».
    A chacun, à un moment précis, de faire le point: « qu’ai-je envie de vivre, car le vie est courte? »
    Et de réaliser des projets , seul, ou à plusieurs, et de foncer. Croyez-moi, j’ai 74 ans, et je n’ai pas dit mon dernier mot. A 58 ans, j’ai fait , après 15 ans de haute montagne, Les Ecrins à 2800m, couchée et enroulée dans une cap de survie à 2800msur le glacier blanc, ce fut un défi, et j’en souris encore. Mais ce fut le dernier (plus de cartilage aux genoux).
    A chaque individu son truc qui vous trotte dans le tête :écrire un roman, peindre, faire du théâtre, changer de métier , de vie tout simplement. Vous le pouvez, le tout c’est de prendre une décision et s’y tenir.Il y aura des difficultés, mais c’est la vie , mais au moins vous aurez tenté! NON?
    Courage
    Bises
    Dan
    PS: Merci à toi pour ce texte qui vont permettre à des êtres perdus de retrouver leur chemin!

    J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      Bonsoir Dan…il arrive toujours à tout le monde d’être à la croisée des chemins…certains ont la capacité de choisir, alors que d’autre ababndonnent trop tôt et se laisser souffler dessu pas un vent parfois devenant glacial. Toi, tu as fait les choix de vivre, de découvrir et de connaître, et c’est tout à ton honneur. Voyager avec presque rin peut s’avérer très souvent un défi, mais tu as su les relever ces défis. Bravo. Je ne sais si c texte aidera qui que ce soit…jamais je ne prétends avoir le droit de faire la  »morale »…et je me garde de cette prétention! J’écris souvent, toujours, ce que ma voix et mon coeur ne dictent! Parfois les mots s’enchaînent de cette façon, alors que d’autres fois ils parlent un autre language. Que ce soit toi, moi ou n’importe qui, l’essentiel demeure toujours de ne pas se renier je crois et de vivre sereinement avec nos choix. Merci ma belle, ce fut encore un plaisir…bonne semaine et gros bisous. Delvi.

      J'aime

  6. gaïa says:

    Parfois le masque permet de prendre de la distance avec le moi senseur, mais il est vrai que seule la capacité à se poser et écouter ce qu’il y a en nous pour faire face à no conflits nous permet de les dépasser et retrouver l’apaisement.
    Bise et bon dimanche.

    J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      Bonsoir Nadia…le masque peut protéger de l’apprence mais pas toujours du contenu je crois. Afin de gérer et surtout d’admettre et adoucir ces conflits intérieurs, nous devons encore combattre notre pire ennemi: nous-même! Merci d’être passée ma belle, bon lundi et gros bisous, Delvi.

      J'aime

  7. Amy Pinkrose says:

    Delvi, I just posted words relating to the same subject. Great post. And I do thank you!!! Love, Amy

    J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      Hi Amy, you’re very kind to take the time to come read me! Sorry if lately I’m not too much a regular commentator on your posts…my only excuse is that I’m quite busy with the preparation of my new book…I hope you will forgive me? Thank you my angel, have a nice week and I’ll see you soon. Delvi.

      J'aime

      • Amy Pinkrose says:

        Delvii, my Luv, understood completely. When we cross paths it is delightful every time! I must have a copy of your book, OK? Please let me know when it comes out. Love, Amy

        J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      Hi Amy…you can watch my publishing here, because I will post an article when my book comes out, and it will be available on my front page too. Only one thing…it’s all in French! Wel, maybe some day I will dop it in English too, but not for now…writing in French is already work, you can imagine. But thank you for the interest and I’ll put the link of my book on you blog ok? Big hus, Delvi.

      J'aime

      • Amy Pinkrose says:

        OK!!!!! Love you, Delvi!!! (((HUGS))) Amy

        J'aime

  8. colettedc says:

    Oh ! Oui, accepter ce qui est jusqu’au plus profond de nous, c’est de là, que part toute guérison, en effet ! S’évader de notre réalité, ne fait que retarder le moment de s’en sortir … très bon texte en ce dimanche matin Delvi !
    Bon dimanche toute la journée !
    Gros bisous.

    J'aime

    • D.A. Lavoie says:

      Bonsoir Colette…tu sais, je crois que refouler ces bêtes qui nous rongent et nous affaiblissent telle une gangrène est dévastateur. Et commencer par le début, soit de reconnaître ces maux, est tout aussi difficile que les combattre je pense. Merci d’être passée, j’apprécie beaucoup…bonne semaine et gros bisous, Delvi.

      J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :