Ces Mots- These Words

téléchargement

 Tout d’abord, laissez-moi vous informer que dès aujourd’hui 29 janvier 2014, tous les Blogs Étoiles qui passent tour à tour en vedette, seront également rediriger sur le Blog ‘’Partager la Magie – Sharing the Magic’’, leur offrant ainsi une plus grande opportunité de visibilité. Ne manquez pas de les visiter tous! Merci.

First, let me inform you that as of today, January 29th 2014, all the Star Blogs which are featured on this Blog, will also be re-blog on the Blog ‘’Partager la Magie – Sharing the Magic’’, giving them in this way a bigger opportunity to be more visible. Don’t forget to visit them all! Thank you.

D.A. Lavoie

===========================

Poème écrit, tenez-vous bien car il n’est pas jeune!…en 1982!

 

Ces mots…

Il fut un temps où j’étais moi;

sans bruit, sans éclat, j’étais là.

Vous me voyiez; du moins je l’ai cru.

 

Brusquement, la page s’est tournée; je suis ailleurs.

Mes pensées et mes rêves sont restés là-bas;

et au fond de vous sont demeurées les fleurs.

Mais pour vous, qui étais-je ?

 

Celle qui, quand on le lui réclamait,

créait de quelques mots fantaisistes

cet émerveillement qui vous enchantait ?

 

Ces mots qui hier avaient tant pu séduire,

ils se sont accrochés à leur rôle

et ne m’ont laissée être que leur ombre.

Pour vous, qui devais-je être ?

 

Celle à qui la vie offrait, tel un cadeau,

le prestige dont vous me voyiez prédestinée ?

Ne vous apportaient-ils que le rêve et l’oubli, ces mots.

Moi qui pourtant ne pouvais être que moi,

qui vivais de tous ces moi et qui ne respirais que par eux.

 

Tous ceux que je prenais plaisir à vous offrir.

Que d’illusions, que de rêves.

Je me voyais près de vous, tel un jongleur d’enchantement;

les sourires et les joies d’alors me semblaient éternels.

Pourtant aujourd’hui, ils ne sont qu’amertume et néant.

 

Vous avez tout effacé; et puisque rien n’a pu vous effleurer,

qu’importe si j’ai ainsi souffert de vos abandons.

Ces mots, sans doute que maintenant un autre vous les écrit.

Ceux-là mêmes qui m’illuminaient et qui m’enivraient.

 

Passé, présent, avenir; mystères d’instants volés ou empruntés.

Qui suis-je devenue ? Demain qui serai-je ?

Rien de plus… que celle qui écrivait des mots.

Il fut un temps où j’étais moi.

Il fut un temps où ces mots étaient moi.

Pourrais-je un jour entrevoir à nouveau leur reflet ?

Pourrais-je encore redécouvrir la magie de ces mots ?

Delvina Lavoie (1982)

========== English version follows ==========

images.66

A poem written, be gentle because it’s not young!…in 1982! 

 

These Words.

 

There was a time when I was myself;

without noise or brightness, I was there.

You saw me; at least that’s what I thought.

 

Suddenly, the page has turned and I am elsewhere.

My thoughts and dreams remained there;

and at the bottom of you remained flowers.

But for you, who was I?

 

The one which, when you called her,

Created by some fancy words,

this wonder that enchanted you?

 

These words that yesterday were seduce you,

they clung to their role

and I have left me to be their shadow.

For you, who should I be?

 

To one whom life offered, as a gift,

the prestige predestined you saw in me?

Those words which brought you a way to dream and forget,

They could only be me,

I was them, living by all them me and breathing by them.

 

All those words I was taking pleasure to offer you.

So much illusions and dreams.

I saw near you, like a juggler enchantment;

smiles and joys then seemed eternal.

Yet today, they are only bitterness and nothingness.

 

You have erased everything, and since nothing could touch you,

no matter if I have suffered from your dropouts.

These words, another now writes them for you.

Even those words which illuminated me and intoxicated me.

 

Past, present and future; moments of stolen or borrowed mysteries.

Who am I now? And tomorrow who will I be?

Nothing more than the one who wrote these words.

 

There was a time when I was me.

There was a time when these words were me.

Could I ever glimpse again their reflection?

Will I still rediscover the magic of these words?

Delvina Lavoie (1982)

Publicités

21 réflexions sur “Ces Mots- These Words

  1. Par expérience , on ne vieillit pas !, on se consume lentement, ce n’est pas une question , ni de corps , ni d’âme , le temps n’en finit pas de s’écouler dans le sablier inexorable.
    Un jour, on ne se reconnait plus!, un autre, on s’essouffle pour lutter, pour résister, pour aimer.
    On se croyait éternelle, il n’en est rien, tiens?.
    On se croyait entourée de tendresse, on est seule, tiens?.
    On se croyait encore » une ex-aventurière », le miroir vous répond: tiens?.
    La battante, celle, qui n’a jamais paru son âge, jour après jour, s’épuise, perd la mémoire, ne séduit plus. Souffre sans rien dire. Elle n’en peut plus , de ne pas remuer, danser, vivre!.
    Son seul bonheur était d’entendre : »pourquoi la mamie qu’on aime s’enva…?
    Ce jour là est arrivé: je ne suis pas vieille , par rapport aux autres! Mais , moi, je le sais.
    Qu’importe! .J’assume, seule avec mon ami « Filou’ qui lui s’en moque, il vit , aucune préoccupation: il mange , il chasse mes mésanges, il s’invente des aventures dans le jardin Il vient se réchauffer et ronronner dans mes bras: « toi, tu ne m’abandonneras jamais , mais moi? ».
    Bises
    Dan
    PS: Expérience d’une vie.

    J'aime

    1. Bonsoir ma douce amie…ton commentaire me touche beaucoup…je vois par tous ces mots que tu écris que tu souffres, seule, parfois même le silence t’écrase. Pourtant, tu es encore toi…tu sais toujours écrire, dire, et même si ton esprit s’égare un peu, je reconnais en toi une femme tellement forte et qui me donne courage malgré tout, parce qu’elle est capable d’être humaine, parce qu’elle sait reconnaître une faiblesse qui avant lui était étrangère. Ma chère amie, sache que tu trouveras toujours ici une oreille attentive pour t’écouter. Et si un jour tu as besoin de parler, mais en privé parce que tu veux garder la pudeur de tes mots, n’hésite pas à m’écrire en te servant du lien mail ou du formulaire de la page Boîte Postale ci-dessus. Je ne suis pas  »grand chose », mais je saurai être là. Gros bisous et bon samedi.

      J'aime

    1. Bonjour ma belle amie…je suis tours ravie de ta visite! Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais tout à coup ce poème m’est revenu en tête et j’ai eu envie de la partager ici. Preuve cependant que je viellis! Lol! T’inquiète pas, j’ai l’intention de changer…je suis trop têtue! Merci et pase un beau week-end, gros bisous. Delvi.

      J'aime

    2. Non non….. tu ne vieillis pas.. Il me semble qu’on vieillit quand on laisse l’amertume s’installer.. Par contre, tu changes, même si tu t’en défends (relis ton com, Delvi.. tu as oublié le « pas » .. et j’ai souris en voyant ça.. J’ai l’intention de changer, d’évoluer.. et la route est longue et chargée de belles rencontres pour m’aider :-)))

      J'aime

    3. Oups…c’est que le  »pas » manque! Désolée…bien cependant que je change! La vie évolue et nos expériences de cette vie nous font maturer…ou devenir encore plus fous! Mais tu sais quoi mon amie? Ma folie, et bien je l’aime! J’apprécie ton com et je partage tes dires! Très bon week-end ma belle, à bientôt.

      J'aime

    4. Il était révélateur, ce « pas » oublié…… J’ai une bonne dose de folie moi-même, tu sais ?? Et j’en suis assez souvent heureuse, parce qu’elle éclaire ma route, elle aussi :-))
      Très joli week-end pour toi, Delvi…. Bises !

      J'aime

    5. Alors ma douce, soyons  »folles » ensemble…comme disait ma mère,  »plus on est de fous, plus on rit! ». Révélateur ce  »pas » oublié dis-tu…sans doute que mon inconscient guidait ma main, qui sait! Gros bisous et à bientôt.

      J'aime

  2. Il arrive , un jour, que le sagesse liée au « carpe Diem « nous quitte, après tant de combats pour rester debout!. Plus d’avenir…,et le passé devient un refuge qui vous réconforte, surtout , si
    il a été riche de souvenirs, d’amours, et d’expériences de vie positives, le changer, pas question, mais l’accepter. Doux moments nostalgiques qui me font ,enfin , sourire.
    Parfois le présent est insoutenable, quand le corps vous emprisonne, vous fige, telle une armure de plus en plus lourde à porter, seule, loin d’êtres aimés.
    J’ai prôné de vivre au jour le jour, de petits bonheurs , quand j’étais encore , jusqu’à 70 ans , bien dans ma tête, et dans mon corps , mais je ne savais pas ce que le destin me réservait… .
    A chaque être son cheminement, selon ses capacités à résister au temps et à la cruauté d’une vie qui ne fait pas de cadeau.
    Chaque être est unique, et son destin aussi… à lui, de réagir en fonction de son désir de vivre et d’aimer encore… .Rien n’est impossible , à ceux qui possèdent « la rage de vivre »!.(je crois?).
    Bises
    Dan (une septua 1/2!)

    J'aime

    1. Bonsoir Dan…je me permets de te tutoyer tu sais, mais sache que c’est avec un grand respect pour toi. La sagesse..nous croyons parfois la tenir, mais il suffit d’un fracassant changement dans notre vie pour que toutes nos  »sages philosophies » s’envolent en fumée…et la mon amie, je parle de moi. Je ne sais exactement ce qui t’affecte ou te mine, mais sache que même si cela est difficile à croire RIEN ne personne ne vient sur notre chemin sans une raison valable. Souvent nous ne comprenons foutrement pas comment ces douleurs puissent être si bienfaisantes à nos âmes, j’en conviens! Et comme tout le monde, j’ai quelques certitudes parfois, mais beaucoup plus de doutes. Faire totalement confiance et nous abandonner tient déjà du miracle tant qu’à moi. Un petit miracle bien humble, mais qui nous permet de survivre, et ce, en tout…physique, mental, émotionnel ou encore spirituel. Merci ma douce de ta visite; j’apprécie vraiment tes échanges et je ne peux qu’espérer que tu te plaises à venir ici! Passe un très beau week-end ma belle et gros bisous. Delvi.

      J'aime

    1. Se contenter…ce qui ne veut pas dire subir telle une victime, mais apprendre à accepter ce qui passe, justement. Et cela ne peut se faire qu’après des années de combat, la maturité et la sagesse qu’apporte le temps. Merci Flipperine, j’apprécie tes visites chez-moi…gros bisous, Delvi.

      J'aime

  3. Tes mots d’aujourd’hui complètent si bien ceux d’hier Delvi, en fait, je suis éblouie par ce poème, je ne savais pas que tu avais écrit de la poésie mon amie, bravo et en passant bonne idée de rediriger les blogs vedette sur Partager la magie, merci mon amie, gros bisous 🙂

    J'aime

    1. Bonjour Gigi…je suis heureuse que tu aimes…bof tu sais, des poèmes j’en écrivais avant, dans mon autre vie! Tu ne te souviens pas de ce poème? Je l’avais mis au début, en préface, de mon 1er bouquin, À tire-d’Aile…j’avais envie soudain de la partager ici! Merci pour ton soutien et de trouver mon idée bonne de rediriger les Blogs Étoiles sur  »partager la Magie »…qui sait, cela aidera peut-être! Gros bisous, à bientôt.

      J'aime

      1. Oupsssssss Delvi, désolée, je ne me souviens pas de l’avoir lu, en tout cas bonne idée de le partager ici! Et pour le reste, je trouve que tu bouilles de bonnes idées, je suis très heureuse d’être avec toi ici 🙂

        J'aime

    2. Pas de soucis ma belle, c’est tout à fait normal, on ne peut pas se souvenir de tout! Je  »bouille » de bonnes idées…tient, j’ai appris une nouvelle expression québécoise! Moi aussi je suis heurese que tu sois vec moi, je te l’ai toujours dit que nous faisions une bonne équipe!

      J'aime

  4. Oh ! Ils étaient beaux,ces mots du temps Delvina, comme ils sont beaux, tes mots actuels … mots, qui oui, demeurent, changent, se transforment avec les années, mais toujours d’actualité !
    Bel et bon après-midi suivi d’une douce soirée,
    Gros bisous.

    J'aime

    1. Bonojur Colette…comme tu dis, ces mots d’hier s’enchaînent à ceux d’aujourd’hui et dansent le plus grand et beau ballet, puisque c’est aussi le ballet de notre vie, donc la danse de nosombres etde nos lumières entrewmêlées. Merci à toi pour tous ces beaux compliments…ton soutien m’est très précieux et je l’apprécie beaucoup. Bonne fin de journée ma belle et gros bisous.

      J'aime

    1. Bonjour ma belle amie…ce poème fut écrit durant un passage pas mal sombre de ma vie alors que je n’avais que 17 ans. Il reflétais tel un miroir mon mal de vivre et cette quasi-certitude à l’époque de m’être sentie abandonnée, et même un peu trahie. Aujourd’hui, il est certain que des mots me collent toujours à la peau,mai disons uqe j’ai appris à vivre mieux et à composer avec les choses de la vie, comme vous tous! Merci de ta visite et de ton com, j’apprécie beaucoup. Gros bisous.

      J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s