Arrêter la guerre

Arrêter la guerre

Ce week-end dernier, lors de ma randonnée quotidienne, je m’étais à nouveau arrêtée sur ce pont qui semble le gardien de la rivière. Appuyée sur la rambarde de bois qui retient les passants de se jeter à l’eau (Lol!), je regardais le soleil descendre lentement à l’horizon et je me perdais presque dans le calme de cette eau, là, en bas.

J’ai fermé les yeux pendant un long moment et j’ai respiré à fond. L’air qui remplissait mes poumons apportait encore plus de vie en moi et je me sentais un peu plus en harmonie avec cet univers qui m’entourait. Comme il fallait bien que je parte de là avant qu’il fasse totalement noir, c’est un peu à contrecœur que je suis retourné sur mes pas. Bien entendu, des souvenirs de toutes sortes envahissent ma mémoire, lorsque je suis ainsi à marcher. Et qui sait pourquoi, mais je me retrouve en pensée près de BM!?! Je me souviens de combien il avait été déchiré pas cette rupture qui l’avait pris par surprise! Jamais il ne se serait attendu à ce que son épouse Maggie le quitte un jour. Pourquoi?, se disait-il,  se voyant soudain confronté à une réalité qu’il tentait à n’importe quel prix de repousser!

Puisque BM se sentait tellement trahi, rejeté, perdu, et comme il disait combien tout cela était injuste pour lui, il s’était vautré dans une victimisation qui devint lourde, pour lui, pour Maggie, et même pour les gens qui le côtoyait. L’homme s’était alors dit ne plus être qu’un bon à rien, car il n’était même pas parvenu à garder sa femme! Il avait joué de tant de chantages émotifs, de jeux déloyaux qui agressaient littéralement celle qu’il prétendait aimer plus que tout. Devant toute cette pièce de théâtre de mauvais goût, Maggie s’était à son tour sentie si immensément mauvaise, méchante même, de causer tout ce chagrin, ainsi que ce qui semblait être une cinglante agonie pour BM.

Était-elle devenue celle qui désormais détruisait ce petit royaume qui devait les accueillir tous les deux, au lieu d’être celle qui aidait à le bâtir?! Jetait-elle trop tôt les armes qui lui auraient permis de se battre encore plus longtemps, afin de défendre cet amour? Puis, elle s’était demandé de quel amour il était question. Pour BM, cette séparation semblait annoncer la fin du monde! Pourtant, qu’avait-il vraiment fait depuis une semaine pour la reconquérir? Pas grand-chose. Il avait plutôt tenté par maints et vils moyens, de rejeter toute la faute sur elle. Imaginez, il était même aller jusqu’à essayer de la faire passer pour presque folle! Car selon lui, il ne pouvait que s’agir de cela; oui…ce devait être une forme de folie. Sinon, peut-être avait-elle un amant qui l’attendait? Non, ce n’était pas ça? Mais quoi alors? Il devait bien y avoir quelque chose de pas bien avec elle…car, il se disait que ce ne pouvait pas être lui. N’était-il pas un  » bon gars  »?!

Devant toutes ces agressions  et ces attaques psychologiques, ou ces jeux de tête, Maggie n’avait trouvé comme solution que de laisser aller tout cet égarement, de ne plus écouter ce que disait BM, et de poursuivre sa route. Cependant face à toute cette hargne, un sentiment d’impuissance bête, et parfois presque cruel, la laissait si triste…et même quelque peu perdue?!

C’est pourquoi un mot, juste un mot,  lui avait permis, en plus de toute sa volonté et son courage, de survivre à tout cela. Un simple mot: ACCEPTATION. Vous savez, il n’y a pas de formule magique, ni de miracle extérieur soudain, qui permette de continuer après la traversée d’un tel désert. La meilleure chose que nous puissions faire pour nous, c’est de dire merci, de se pardonner notre quelconque faiblesse, et d’avancer, peu importe vers où. Il nous faut accepter que devant de telles situations, nous sommes impuissants. Nous ne pouvons PAS changer l’autre…et admettre ceci est déjà ouvrir la porte à la liberté. Vous attendiez un miracle? Et bien, le voilà!

Ces mots de Bill Wilson que Maggie m’avait dite quelques mois plus tard, m’ont bien servis à moi aussi… » On s’aperçoit que ce n’est qu’à travers une défaite totale qu’on peut faire les premiers pas vers la libération et la force. L’acceptation de notre impuissance se révèle être finalement une base solide sur laquelle on peut établir une vie heureuse et réfléchie.  ». Maggie avait vécu la fin d’un mariage, mais elle avait surtout survécu aux coups qui s’en étaient suivis. Qui sait, c’est sans doute cela la vraie récompense? Savoir faire de ses pertes un gain, et être heureuse, après tout, et malgré tout.

Ainsi, j’ai fini par croire que lorsque nous admettons notre impuissance face aux choses que nous ne pouvons contrôler, car celles-ci ne nous appartiennent pas, nous n’avons plus à lutter seul. Puisque notre lutte est désormais celle de vivre, et d’aimer encore, ne sommes-nous pas maintenant accompagnés de toutes ces Forces qui nous ont permis de passer au travers de nos passages sombres?

Et comme dit Maggie, abandonner de vouloir absolument gagner ou avoir raison, c’est se donner la chance de vraiment remporter la victoire sur nos peurs. Et la meilleure façon d’arrêter la guerre…c’est de l’ARRÊTER!

D.A. Lavoie

Publicités

16 réflexions sur “Arrêter la guerre

  1. Bonjour Delvina ,

     » Arrêter la guerre  » est un papier pas comme les autres , c’est l’un de tes meilleurs commentaires …Je l’ai très intéressants et plaisant .
    le titre est explicatif et vaut son pesant d’or .
    les arguments utilisé sont solides et convaincants .
    j’apporte ma part de te contribution , en disant tout simplement qu’il faut
    utiliser l’esprit ( la réflexion ) avant la langue ,
    ( les paroles blessantes , les querelles ) et les mains ( les disputes , les coups )
    qui mènent à l’impasse .
    je dirais à tous les couples en conflit de part le monde :
     » faites l’amour et pas la guerre  »
    l’expression que j’ai tant apprécie est la suivante :
     » la meilleur choses …c’est de dire merci ..et d’avancer vers…l’autre  »
    merci de ce régale intellectuel , combien sage et raisonnable .
    bravo! et mille fois bravo ! pour ta beauté culturel est la verve de ta bonne plume d’or , combien très fertile …Mes amitié Majid .

    J'aime

    1. Bonsoir Majid…ce n’est pas toujours fscile et de tout repos une vie de couple, mais le mot le dit simplement… »couple ». Alors, juste par lui chaque individu qui s’engage et aime doitdéjà abandonner son  »moi » pour devenir une  »nous » avec l’autre. Je suis d’accord avec toi, il faut savoir réfléchir avant de dire ou de fairequoi que ce soit qui pourraitblesser ou détruire l’autre. Je te remerci de ton judicueyx commentaire, de tes compliments et c’est toujours pour moi un plaisir de te recevoir! Bon jeudi et gros bisous.

      J'aime

  2. Je découvre petit à petit ton blog et bizarrement ton texte me parle pour avoir vécu des guerres parfois dans mon couple, parfois dans ma vie de tous les jours, parfois ailleurs et sans vouloir me vanter je m’en suis toujours sortie la tête haute 😉 Je ne suis pas pour ces guerres cruelles, où le dialogue est mort, à mon avis il n’y a que lui pour nous aider à sortir de nos tourments!!!
    Je viens te saluer et te dire que j’ai validé ton inscription tu sais où 😉
    Sois la bienvenue aujourd’hui à la cour de récré où nous accueillons un petit nouveau : Jorick 😉
    http://dimdamdom59.apln-blog.fr/2013/11/06/crack-cest-tabou-on-en-viendra-bout/#
    Bisous Delvina.
    Domi.

    J'aime

    1. Bonsoir Domi…oui, j’ai reçu le mail de confirmation…et ce soir j’y ai inscrit mes 2 Blogs, donc t’aura encore du boulot pour moi! Lol! Merci du lien, j’irai voir.

      Oui, je comprend que cet article aie pu te parler, comme à plusieurs. Nous vivons tous des hauts et des bas das nos vie de couple…mais lorsque les bas viennent plus souvent que les hauts, alors là il faut changer notre fusil d’épaule, comme on dit chez-nous. Ce n’est vraiment pas facile de tout revoir sa philosophie de vie avec un/e autre, mais hélas le fil qui retient ensemble se casse parfois!Merci de ton passage et très bon jeudi, bisous.

      J'aime

  3. À force de fermer les yeux sur ce qui devrait nous sauter aux yeux, nous nous sommes malheureux et responsables de tous les malheurs du monde. Pour qu’une relation soit saine, il faut que les deux partis fassent des efforts et des compromis. Alors, c’est une question de survie de prendre les décisions qui s’imposent quand c’est nécessaire et Maggie a pris la bonne décision. Merci pour cette belle réflexion ma chère Delvina, très bon texte mon amie, gros bisous et bon mercredi 🙂

    J'aime

    1. Bonjour Gigi…toue relation, qu’elle soit amoureuse, amicale,fraternelle ou simplement professionnelle, demnande comme tu dis, de faire des compromis. Et si nous voulons que dure cette relation, il faut y mettre du sien, et s’ouvrir à l’autre, exprimer nos beoins et partager nos idées. Si on ne peut pas se parler sainement et franchement, il vient un jour où cette relation en souffre. Cela devient un peu un cycle de violence psychologique, dans lequel nous tournons jusqu’à nous étourdir et nous faire très mal. C’est souffrant…et le meilleur moyen d’arrêter cette roue de malheur, c’est…de l’arrêter! Merci et très bonne journée à toi, gros bisous.

      J'aime

    1. Tiens, ta phrase me fait penser à ma mère! Elle aussi disait souvent cela, surtout lorsque finissait une de mes relation s amoureuses! Et tu le dis bien…la vie continue! Merci de ton com, gros bisous et bon mercredi.

      J'aime

  4. Bravo pour ce magnifique texte.
    Je trouve que Maggie a compris qu’elle ne pouvait pas changer personne ou maitriser les évènements. Alors, elle a décidé de s’orienter positivement. Changer l’orientation de la pensée, c’est changer l’homme.
    Bonne fin de journée!

    J'aime

    1. Super vrai…Vraie!  »Changer l’orientation de la pensée de l’homme, c’est changer l’homme »…cette phrase dit tout ma belle. Ce n’est pas toujours facile de le faire, mais en changerant ses perceptions et idées préconcues, nous pouvons également changer notre attitude. Et lorsque les évènements se font très difficiles à vivre, on se déchire intérieurement, alors nous n’avançons pas…et cela, je crois que Maggie l’a bien compris. Merci de ton passage grandement apprécié…tu es toujours la bienvenue ici! Bisous.

      J'aime

  5. Plus que vrai que tout cela, en effet, Delvina … on ne peut agir sur ce qui est déjà là … l’accepter et s’en servir comme tremplin pour l’à venir est vraiment la solution … magnifique billet ! Bonne journée toute entière à toi,
    Gros bisous.

    J'aime

    1. Bonsoir Colette…oui évidemment, je crois que lorsqu’une situation nous rend trop malheureux, il faut apprendre à trouver d’autres manières d’être et de faire afin d’améliorer sa qualité de vie physique et surtout mentale! Merci ma belle de ton passage chez-nous, au plaisir de te relire. Bisous.

      J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s