Que dire maintenant?

Que dire maintenant?

Depuis hier, je ne cesse de revoir le visage voilé par la tristesse et l’impuissance, voire même le désespoir, d’une amie qui depuis trop longtemps garde en elle les silences qui l’entourent.

J’étais allé prendre l’air et c’est en longeant un petit chemin où ne passent pas les voitures, que j’ai rencontré tout à fait par hasard cette femme que je n’avais pas vu depuis un temps. Nous nous sommes saluées et fais la bise comme si nous nous étions vues hier seulement. Nous marchions l’une à côté de l’autre sans plus de cérémonies. Moi, j’essayais de ne pas retenir le ton éteint et mélancolique de sa voix qui apportait une note discordante à cet après-midi ensoleillé. Tant qu’à elle, elle se contentait de regarder le sol afin que ses pieds ne butent contre quelque pierre ou motte de terre.

Pourtant, elle n’avait pu retenir quelques larmes de mouiller ses joues lorsque je lui avais demandé comment elle se portait. Alors, en oubliant même le soleil qui nous aveuglait parfois, j’ai écouté l’histoire  de ses jours et vu combien ses épaules semblaient de plus en plus s’affaisser à mesure que les mots s’enchaînaient. Elle me dit d’une voix à peine audible…:  » Tu sais, depuis si longtemps, je ne vis qu’à l’écart de ce monde. Et depuis ce qui me semble être une éternité, je n’existe presque plus. Certains matins, je me lève et je ne sais même pas si je pourrai me rendre au bout du jour. Je me sens quelques fois inadéquate et plus encore, même indigne d’être là. Suis-je de trop dans ma propre vie et dans celle des autres? Ne suis-je plus qu’un fardeau pour une société qui ose s’enorgueillir de sa générosité? Je ne sais même pas si demain, dans six mois ou un an, je serai ici. Je dois chaque jour combattre des forces et des choses qui semblent tellement banales pour tant de gens, mais qui pour moi ne sont que des raisons de plus pour fermer le livre. M’en aller pour de bon ne serait pas si cruel maintenant…tandis que rester le devient. J’ai mal tu sais. Mal dans mon corps et mal dans ma tête; mais j’ai surtout mal à ma vie… »

Oh, elle m’en a dit des choses. Si bien que devant une telle amertume et une si grande désolation, je ne savais pas toujours quoi lui dire afin de l’encourager ou la faire sourire un peu. Que peut-on dire face à toute cette foutue boue qui nous maintient au sol et nous enlise dans nos marécages? Cette femme ne peut presque plus avancer désormais, cela se voit bien. Mais quoi? Les gens autour d’elle sont-ils donc devenus si aveugles ou indifférents qu’ils ne voient même plus qu’elle se meure à petit feu? Et moi, pauvre petit moi si souvent égaré, que puis-je dire ou faire? Sauf lui prendre la main, lui offrir mon épaule pour accueillir ses sanglots devenus torrent, et mes bras pour la tenir un peu plus au chaud.

Où va cette vie qui s’achève avant la fin? Pourquoi Élise ne voit pas d’issue et ferme la lumière? La douleur, la solitude, le doute, la crainte et la peur deviennent tous synonymes lorsque la nuit se prolonge. Le soleil n’est plus l’ami du jour, mais devient soudainement un peu trop agaçant et parfois même indésirable. Doit-on être tomber bien bas pour qu’il en soit ainsi? Mon amie serait-elle devenue autre chose qu’une personne humaine, digne d’être reconnue sinon aidée???

Et vous, et moi? Quel est vraiment notre rôle dans tout cela? Le plus souvent je tente d’écrire des textes à saveur positive et qui offre une note d’espoir. Lorsque parfois je me trouve confronté à tant de désœuvrement, alors je retombe aussi dans ces puits glacés qui me gèlent entièrement. Dans ces moments de réels engluements et de chagrins qui pèsent trop lourds pour un cœur parfois bien fragile, je ferme les yeux et je pleure aussi sur cette vie dont le sang  s’empoisonne jour après jour devant l’indifférence et l’insensibilité. Ce monde d’aujourd’hui n’a jamais semblé aussi conscient de ses limites planétaire…et il n’a jamais été aussi emporté par cette mer furieuse de je-m’en-foutisme! Pourquoi les gens ne prennent-ils malheureusement plus le temps de regarder ou d’écouter ceux qui sont là, tout près d’eux? Devons-nous vraiment aller à l’autre bout de la planète pour faire un geste d’empathie et de solidarité!?! Tout va trop vite et tout le monde court sans cesse; alors il est plus facile de donner un chèque ou de répondre au coup de téléphone d’un inconnu, que de tendre la main à celui qui est sous ses yeux!?!

Qu’ai-je dit, qu’ai-je fait? Je l’ignore un peu…même si cette amie est venue manger à ma table hier. Aujourd’hui, j’écris ceci. Et demain?…

Delvina A. Lavoie

Publicités

29 réflexions sur “Que dire maintenant?

  1. Merci Delvi, comme c’est gentil! Oui Élise peut très bien une amie très chère pour nous deux; tu as raison peu importe du moment que le message passe. À bientôt mon amie, gros bisous!

    J'aime

  2. Savoir écouter est un art que peu de gens arrivent à faire efficacement… Écouter sans juger, sans vouloir régler la détresse à sa place demandent beaucoup de doigté et tu as cette qualité si importante Delvina! Je tiens à te remercier pour Élise et pour moi et toutes les autres qui croisent ton chemin. Certes, ça ne règle pas tout, mais souvent en parlant de ses difficultés avec une personne de confiance est déjà un pas en avant pour comprendre ce qui nous arrive… Très bon texte mon amie, merci! Gros bisous, Gigi

    J'aime

    1. Très chère Gigi…tu m’honores de tant de bienfaits que sans doute je ne possède pas plus que toi! Mais j’apprécie énormément, cela me touche beaucoup, que tu me targues de tant de mérite. Élise en fait n’est qu’un personnage fictif…je le dis aujourd’hui, puisque ce qui importe n’est pas de faire semblant, mais de vraiment être là et d’écouter…pas seulement entendre. La détresse des gens est parfois profonde, que même la plus calme des mers ne peut la soulager. En fait, Élise, ce peut être toi, ou moi, du moment que le message passe, le reste n’est qu’accesoire. Merci pour ton beau ocommentaire et gros bisous.

      J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s