Jamais seul/e/s.

Bonjour…
on emploie cette formule, le plus souvent, parce je crois bien qu’elle résume en seul mot tout ce qu’on aimerait dire comme entrée! D’où que vous soyez, j’espère que le soleil brille aussi fort chez-vous que chez-moi. Je vous souhaite sincèrement que ce mois de juillet, qui met pleins de feux et de joies dans nos coeurs, puisse vous apporter la paix, l’amour et la sérénité!
Serez-vous d’accord avec moi pour dire que peu importe nos chagrins, l’espoir de survivre à cette tempête qui depuis quelque temps nous agresse et nous déchire, est encore malgré tout le plus fort?! Et que quoi que nous ressentons, d’autres le ressentent aussi? Notre joie, notre tristesse, nos espoirs, nos peurs et nos haines…tout ces sentiments sont ressentis par chacun de nous à différents degrés. Cependant, lorsque nous nous savons liés par le coeur et l’esprit, nous savons également que nous ne sommes PLUS JAMAIS SEUL/E/S.
Alors, si aujourd’hui nous prenions le temps d’écouter quelqu’un, mais de vraiment l’écouter?!…et ensuite de sentir ce que cela nous apporte? Ils sont tout près de nous ces gens qui n’attendent qu’une oreille attentive. Au lieu de toujours fuir la peine, pourquoi ne pouvons-nous pas l’enlacer? Qui sait, peut-être parviendrions-nous à mieux connaître cette partie de nous qui se cache au fond de nos êtres!? Et que nous découvririons que nous sommes également capables de pardon, d’empathie, de compassion et d’écoute?
Faisons-en l’essai : recherchons la compagnie de quelqu’un qui a besoin de se confier, et expérimentons la transformation qui s’opère en nous tandis que nous l’écoutons. Nos problèmes perdent ainsi de leur importance. Sans doute apprendrons-nous un peu plus que chacun de nous fait partie de cette chaîne de vie qui unie tous les hommes?!? Peut-être cesserons-nous aussi de nous croire les seuls à souffrir, lorsque nous serons confrontés aux chagrins et aux misères des autres!?!
Certes, ceci ne vient pas amoindrir ce que nous traversons de pénible, mais ainsi nous ne nous sentons pas non plus seulement centrés sur nous-mêmes, convaincus par ce fait que nous sommes isolés et victimes d’un sort cruel! La plus grande découverte, c’est que cela nous prouve que le monde est plus grand que notre vie présente…et que nous ne sommes pas les seuls à exister. Qu’il y a aussi nos frères qui  également ont les mêmes besoins, les mêmes espoirs, les mêmes envies et les mêmes éclats de joie ou de tristesse que nous.
Sommes-nous prêts à partager avec quelqu’un ce dont nous avons besoin aussi pour nous?!?! Sommes-nous prêts à écouter les problèmes d’un autre et à partager avec lui sa sortie de l’ombre?
Qu’est-ce que cela donne? Et bien…nous nous rendrons compte qu’au fond, nous avons entrepris le même voyage que les autres; et que nous ne sommes pas seuls à chercher??? D’ailleurs, même si notre corps physique se retrouve seul pour quelques moments d’angoisse, sachons que nous sommes aussi accompagnés pour toujours par ceux et celles qui nous aiment. Tout comme nous pourrons croire qu’il y a quelqu’un qui bientôt viendra pour nous aider à chasser la brume et les fantômes qui nous font si mal.
Delvina A. Lavoie
Publicités

18 réflexions sur “Jamais seul/e/s.

  1. Bonjour Delvina ..

     » Jamais seul/e/s.  » est un papier intéressants et plaisant du moment qui traite des choses de la vie courante et touche toutes les couches sociales .
    Ce Thème ‘a fait rappelé une histoire vécue en Italie par un voyageur ayant vu un chat qui miaulait un jour de pluie devant une cafétéria .
    une passante l’a pris dans ses bras , essuyait ses polis mouillés à l’aide de pope foulard qu’elle enlevait de sa tête .
    ne quittent pas le chat , elle entrait dans le bistrot , en commandant un verre de lait chaud , qu’elle fais boire à cet animal .
    Voila une bonne action et un exemple à suivre .
     » qui aime les animaux , aime les gens  » dit-on
    ce vécu a un lien direct avec le commentaire titré :  » jamais seul/e/s »
    le miaulement du chat est un langage que la passante a compris a écouté .
    j’ai tant apprécie l’expression suivante :
     » croire qu’il y a quelqu’un qui bientot viendra nous aider à chasser la brume et les fantômes qui nous font si mal  » .
    merci de ce régale intellectuel combien vivant .
    bravo! et bonne continuité pour la verve de ta plume d’or , combien très fertile
    mes amitié majid .

    J'aime

    1. Bonsoir Majid…cette histoi du chat et de la passante est en effet très inspirante. Se savoir ne jamais être seul/e se vit aussi au niveau de l’esprit, des émotions et de l’âme, ce que j’appelle la solitude de l’être. Car parfois, il arrive que même entouré/e/s de plusieurs personne nous nous sentions seul/e…puisque es gens ne nous voient pas et ne nous entendent même pas vivre. Et bien sûr, il y a la solitude physique, ne pas vivre entouré/e de quiconque…ceci est aussi un mal à combattre. Merci de ton pasage et très judicieux commentaire, très bon week-end et à bientôt.

      J'aime

  2. Bonjour Delvi,
    En lisant les commentaires et tes réponses, il me revient un souvenir 🙂
    Je marchais en souriant dans les ruelles de Bordeaux vers mon domicile, lorsqu’une dame totalement inconnue, dans la quarantaine peut-être, m’a souri en retour. J’ai trouvé cela fort inattendu et réconfortant dans l’anonymat des villes. Un sourire positif et si gratuit. Je ne sais si ce commentaire entre dans le sujet de ton article, je ne me sentais pas spécialement seule intérieurement, et pourtant un moment privilégié de cette journée.
    Bisous et bonne semaine

    J'aime

    1. Bonjour ma douce amie…tous tes comementaires sont toujours les bienvenus et appréciés! De telles manifestations d’ouverture et de sympathie nous sont la preuve qu’il y a encore une humanité sur cette Terre! Parfois, il ne suffit que de si peu tu vois, pour avoir le coeur plus léger…et pour que la journée soit encore plus ensoleillée! Gros bisous et à bientôt.

      J'aime

  3. Un sage a dit: « qui se regarde se désole, qui se compare se console…» Il va de soi que chaque fois que l’on prend le temps d’écouter quelqu’un d’autre attentivement et avec compassion et empathie, on oublie pour un instant ses propres problèmes, le bien qui en résulte pour l’autre nous fait du bien aussi…

    J'aime

    1. Ce sage est très juste dans avec cette vérité…et toi, très sage aussi de nous la partager, merci! L’écoute, tu le sais aussi bien que moi, est une sinon la plus grande marque d’affection, d’empathie, de compassion, de charité, d’amour et de solidarité que les êtres humains puissent se donner entre eux, je crois. Et puis, ne jaimais être seul/e/s, c’est aussi savoir vivre avec soi-même, sans honte ni regret, et apprivoiser cette solitude pour en faire une alliée. Merci de ton passage et apprécié commentaire, gros bisous.

      J'aime

    2. J’adhère entièrement à ce que tu dis Marielle… Il faut arrêter de se regarder le nombril comme disait ma mère et aller vers l’autre. J’aime écouter les gens qui ont envie de se confier et j’aime aussi être écoutée par des personnes de confiance quand j’en ai besoin. Écouter et réconforter les autres nous fait souvent oublier nos propres soucis. Merci Delvi pour ce texte enrichissant et merci Marielle pour ce brillant commentaire! Gros bisous mes amies, Gigi

      J'aime

      1. Merci à toi Ginette d’être venue ajouter tes mots de soutien! L’écoute est sans doute le meilleur moyen d’établir un contact avec l’autre, ainsi que de comprendre et enlacer sa douleur ou sa joie. Il faut savoir arrêter de ne regarder que nous et voir ce que le monde vit! Gros bisous, à bientôt.

        J'aime

  4. tu vas rigoler, mais je dois avoir une gueule de confesseur, parce que les gens me confient assez facilement leur histoire, problèmes etc. Je suis le confident d’un joyeux paquet de personnes ! 😉

    J'aime

    1. Non, je ne rigole pas du tout! À ce que je lis des commentaires laisser sur ton Blog par d’autres lecteurs et lectrices, cela me semble évident que t’es un bon gars à qui se confier! Très bonne fin de journée mon ami, bisous.

      J'aime

  5. Oui, en effet Delvina, jamais seul(e)s … cela, je l’ai expérimenté maintes fois dans ma vie et j’y crois fortement ! Là pour nous … et nous là pour eux (elles) … une simple présence parfois suffit … il y a beaucoup à donner et à recevoir là !
    Bonne pouruite de ce dimanche à toi en toute amitié,
    Bisous.

    J'aime

    1. Bonjour Colette…oui, une seule présence suffit…et lorsque celle-ci ne peut être physique, alors il faut savoir creuser soi en nous afin de nous consoler, de nous enlacer etde nous accueilli dans notre solitude. Car toi et moi on le sait: ne jamais être seul/e, c’est aussi, et surtout, s’accompagner soi-même, mais lorsque quelqu’un nous tend la main, Dieu que cette chaleur humaine fait du bien! Meri de ton commentaire ma douce et bonne fin de journée. Gros bisous.

      J'aime

  6. Souvent, ceux qui se confient, n’attendent pas que nous leur donnions une solution mais que nous les écoutions et les comprenions…. Lorsqu’on a compris cet aspect important dans une relation, quelle qu’elle soit, alors celui qui s’est confié commence à se sentir moins seul…

    J'aime

    1. Tes mots sont remplis de vérité et de sagesse mon amie. L’écoute est d’ailleurs un des plus précieux et nécessaire don que nous puissions faire à un/e autre! Avec compassion et empathie, bien sûr! Très bon 14 juillet et gros bisous.

      J'aime

  7. Bonjour Delvi,
    Sur les blogs en ce moment ce n’est pas ce qui manque. J’ai lu hier une séparation au bout de 30 ans. D’autres sont dans la peine pour leurs parents. Dans la vie réelle , mon mari est allé hier chez Emmaus, association fondée par l’abbé Pierre, pour leur apporter un objet. Des vêtements attendent.
    Ton article part d’un bon sentiment auquel j’adhère totalement. Tu voudras bien excuser le manque d’autres commentaires pour l’instant. Je préfère écrire mes pensées sur mon blog.
    Bisous

    J'aime

    1. Bonjour Filamots! Pas de soucis voyons, je ne comptabilise pas les commentaires…chacun/e passe lorsqu’il le peut…et cela arrive que mes articles parfois ne touchnet pas directement quelqu’un…je comprends et respecte très bien cela! Tu sais, dans le fait de ne jamais être seul/e/s, je fais aussi indirectement allusion à cette dimension intérieure. On peut très bien être entouré/e de milliers de gens et se sentir aussi seul que dans le désert. Remplir la solitude est surtout, je crois, une chose qui se maîtrise et s’adapte de l’intérieur d’abord. Merci de ton com et passage…et encore, bon 14 juillet! Gros bisous.

      J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s