Le vol de l’Aigle

Le vol de l’Aigle
Pour MAR.
Le prochain texte est issu d’une vidéo que j’avais déjà créée et que j’avais intitulée  »Rêverie Silencieuse ». Cependant, j’en ajoute ici plusieurs passages qui changeront un peu le scénario original. Cette histoire me fut inspirée par celle qui était, et qui est, l’ombre d’une colombe aux ailes brisées.
===============
 »Elle est assise là sur le sable près du fleuve…elle ferme un instant les yeux, et ses pensées la ramènent quelque part entre l’ombre et la lumière.
Pendant que son cœur bat tantôt lentement, tantôt très vite, elle revoit un visage…où est-il, que devient-il? Elle tente de revenir un peu en arrière et de revoir ces merveilleux moments de complicité qu’il y avait eu entre eux.
Un jour, quelque chose était allé à l’envers d’elle…mais quoi? Elle ne sait pas. Tout ce qui remonte à sa mémoire, et qui depuis assombri le ciel de l’été, ce fut un départ douloureux, un arrêt triste et qui est retenu par une toile d’araignée bien tissée…puisque jamais elle ne sut, emportée par le silence et l’absence de cet Aigle majestueux. Avait-elle dit ou fait quelque chose qui l’avait tenu ainsi éloigné tout ce temps? Non, elle ne veut y croire, en cet abandon, car il serait  cruel. L’Aigle avait simplement dû être lui aussi emporté par un vent violent, qui cachait en lui le souffle lançinant de la douleur.
Quelques fois depuis, elle s’était demandé:  »Alors quoi? Aimer est soudain devenu un mal? Comment cela se peut-il, car l’amour ne devrait jamais porté le fardeau de la noirceur. »
Elle ouvre les yeux, regarde cette eau sombre qui semble vouloir l’accueillir…et elle reste là, au fond d’elle…là où personne ne va. Un peu plus loin, un bateau file doucement sur l’eau, et les petites vagues qu’il crée viennent mourir à ses pieds.

Cette dévotion et ce serment venus de l’Aigle lui disant qu’il ne l’abandonnerait jamais, qu’étaient-ils devenus à présent? Il l’avait si bien aimé…avait-ce été trop fort? Peut-être, mais elle SAIT que son amour n’était pas feint. Deux questions la hantent aujourd’hui: savoir ce qui s’était passé pour qu’il disparaisse ainsi, et pourquoi le silence continuait-il de l’inonder de son ombre? Une simple réponse…mais elle n’aurait même pas ce privilège comme consolation, peut-être.
Si aimer conduit au néant, cela sert à quoi? À vivre, à faire tourner le monde et à tenir pour quelque temps des instants d’éternité?!? Oui, sans doute, car y croire, c’est aussi exister par cet amour. Pourtant, elle n’a nul regret, puisqu’aimer est et sera toujours un cadeau pour elle. Doucement elle se lève, ses pas se font d’abord lourds et hésitants, puis ils la conduisent à cet endroit anonyme où rien ne lui ressemble, mais où elle se cache.  La brise venant du Nord se lève et elle réentend la chanson qu’au tout début elle lui avait fredonnée.
De tout ce qui reste d’eux, elle le garde au chaud dans ses pensées et dans son corps, son coeur lui ayant été ravi. L’Aigle avait si bien tenu celui-ci dans ses serres et donc, ce coeur ne lui avait jamais été rendu. Mais en cette prison, la colombe demeure, car la liberté de l’amour l’habite…alors elle aurait presqu’envie de demander pardon à l’amour de ces doutes et de ce froid. Chaque matin, elle soigne son plumage et la blancheur de ce dernier contient toute sa douceur et sa passion. Elle attend, même si elle ne sait plus…elle espère, même si l’espérance lui devient étrangère.  »
===============
Voilà, une histoire qui se cache, mais qui vit toujours. Et si l’Aigle entend un jour le cri de la colombe…colombe2
Delvina A. Lavoie
Publicités

20 réflexions sur “Le vol de l’Aigle

  1. Très joli, Delvi … Tu connais la chanson « L´aigle noir », bon ce texte me fait rapeller a cette chanson … Já aime bien le vol de lá igle ici… elle est à la recherche de la libération, au-delà les limites vers le ciel bleu et profonde…

    Bisous, mon amie;

    Aquileana 😉

    J'aime

    1. Salut Aquileana…oui, je connais le chanson de  »l’Aigel noir ». Merci d’avoir aimée cet aeticle, j’apprécie beaucoup ton commentaire! L’aigle représente aussi la liberté…tout comme la colombe.

      J'aime

  2. Un très beau texte…
    Il me semble que la meilleure attitude est celle que tu évoques : lâcher prise.
    Elle conduit à la libération, à la renaissance, au renouvellement, à la vie.
    Vouloir vivre à tout prix, et donc accepter que l’existence soit jalonnée de difficultés, de défis qu’il faut relever. S’autoriser à être heureux, à oublier et croire qu’on mérite le bonheur que l’on s’est choisi.
    Contente d’être de retour sur ton blog.

    J'aime

    1. Le lâcher prise…oui…mais non sur l’amour, seulement sur ce sentiment d’abandon qui parfois semble entraîne tout le merveilleux d’un amour dans la brume. Merci à toi Yveline, heureuse de te revoir, bon retour et gros bisous.

      J'aime

  3. Bonjour Delvina ,

     » Le vol de l’Aigle  » …est un rêve silencieux et de porté sentimental .
    cet aigle majestueux me fais rappeler la chanson de Françoise hardy
    : » on dit qu’à 20 ans , on a le roi du monde  »
    l’aigle est , cet homme parti dont on ignore le motif de son départ , peut être sur un coup de tête ou …
    et cette colombe aux ailes brisées n’est que cette femme qui espère un retour inattendu de son partenaire .
    l’expression que j’ai apprécie est la suivante :
     » ce serment venue de l’aigle lui disant qu’il ne l’abandonnerait jamais  »
    merci de ce régale intellectuel combien sentimentale
    bravo! et bonne continuité pour la verve de ta plume d’or combien très fertile …mes amitié majid .

    J'aime

    1. Merci Majid…je suis heureuse que cet article t’ait plu! Entre l’Aigle et la Colombe, il y aura toujours je crois un fil très résistant qui les liera. Le mal, la douleur et l’absence ont creusés un grand fossé qui les empêche de se retrouver, à ce que je comprends…mais si hier, aujourd’hui sont vides d’eux, demain tout ne peut-il pas arriver?!? Gros bisous mon ami, à bientôt.

      J'aime

  4. Un magnifique texte, plein de douceur, de passion et de poésie, tout en justesse, avec l’allégresse de l’oiseau et la profondeur de l’eau.
    Ce passage m’a tout particulièrement marquée:

    « Un jour, quelque chose était allé à l’envers d’elle…mais quoi? Elle ne sait pas. Tout ce qui remonte à sa mémoire, et qui depuis assombri le ciel de l’été, ce fut un départ douloureux, un arrêt triste et qui est retenu par une toile d’araignée bien tissée…puisque jamais elle ne sut, emportée par le silence et l’absence de cet Aigle majestueux. Avait-elle dit ou fait quelque chose qui l’avait tenu ainsi éloigné tout ce temps? Non, elle ne veut y croire, en cet abandon, car il serait cruel. L’Aigle avait simplement dû être lui aussi emporté par un vent violent, qui cachait en lui le souffle lançinant de la douleur. »

    J'aime

  5. L’attente est souvent si difficile… Le rêve et l’espoir peut parfois aider à vivre l’absence… Aimer et être aimé est un besoin fondamental dans la vie de toute personne, mais mieux être seule que mal accompagnée je crois… Merci beau texte de réflexion Delvi et très belle vidéo! Gros bisous, Gigi

    J'aime

    1. Bonjour Ginette…oui, vaut mieux être seul/e que mal accompagné/e, ma mère le disait aussi. Seule chose à ne pas rejetter ni oublier…lorsque le vol nous fait monter très haut parfois le rêve et l’espoir sont nécessaires. Mais il faut aussi savoir sur quoi il faut lâcher prise, et ce qu’il faut retenir!!! Merci pour ton commentaire, gros bisous.

      J'aime

  6. Un très joli texte, où l’amour et l’attente se rejoignent.
    Je dirais à la colombe de se faire belle, de voler à tire d’ailes, parmi la nature et d’en profiter. D’autres oiseaux ayant peut être un moins beau plumage ou ramage lui trouvera bien plus d’attraits qu’un aigle qui s’envole et ne revient pas.
    Bisous

    J'aime

    1. Bonjour ma douce amie…oui, je sais bien, l’amour et l’attente se rejoignent afin de nourrir un espoir qui de jour en jour s’effrite pour cette colombe. Mais il ne faut pas oublier que l’Aigle a emporté avec lui son coeur…alors, pourra-t-elle le rebâitr et le retrouver quelque part au fond d’elle, ou encore s’en permettre un tout neuf afin de voler à nouveau et même aimer tout autant?!? Qui vivra verra…comme j’ai déjà lu  »Parfois, le coeur a besoin de plus de temps pour accepter ce que l’esprit sait déjà ». Merci à toi de ton précieux commentaire, gros bisous et bonne fin de journée.

      J'aime

  7. C’est cette liberté de l’amour qui fait, qui crée cette espérance de vivre … en attendant réponse à son cri incessant … magnifique ces mots Delvina !
    Bon et agréable week-end tout entier à toi !
    Bisous.

    J'aime

    1. Merci Collette, j’apprécie toujours autant tes beaux commentaires. La liberté de l’amour permet cet espérance…puisque l’amour n’est pas la mort. mais la vie. Reste seulement pour cette colombe de laisser couler la rivière et de garde les yeux ouverts et les mains tendues je crois…et simplement de laisser aller tout le reste qui pourrait encore l’étouffer. Très bonne fin de journée mon amie, gros bisous.

      J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s