À coeur ouvert

coeur.blog1
Le soleil est là au rendez-vous. Des gens marchent vite dans la rue, alors que d’autres flânent, semblant ne pas savoir où aller. Un oiseau vient chanter sur le bord de ma fenêtre, pendant que l’ouvrier coupe l’herbe encore verte du gazon d’en face. Alors, le temps est beau, le ciel est bleu…et même la mort me semble soudain plus acceptable.
Dans mon coeur et dans mon âme vivent des souvenirs d’hier, mais aussi des gestes et des mots d’aujourd’hui. Ces souvenirs dont il me faudra faire des trésors afin que jamais ils ne s’effacent de ma mémoire, ils me parlent et me sourient. Donc, c’est un peu à coeur ouvert que je partage avec vous un extrait de mon second livre, Passages Fragiles et Éternels, et dont l’histoire s’intitule  » Bien sûr, naturellement  ». Eh oui, évidemment, je suis moi, vous êtes vous, avec toutes nos guerres et nos victoires, nos emprisonnements et nos libertés. À coeur ouvert, un peu comme subir l’opération chirurgicale qui sauverait une vie!
‘’ Je ne suis que celle qui vous parle dans la nuit, celle que parfois vos esprits inventent pour mieux vous endormir. Je respire, je rie et je pleure, comme vous. Je donne, je prends, je redonne et je reprends…comme vous. J’attends, je guette et je dors…comme vous. Je joue, je gagne et je perds…comme vous.  Je me déchire, je me défends et je me lasse…comme vous. J’ai appris à accepter ou à mieux vivre, puisque je veille toujours…comme vous?
Dire qu’il m’aura fallu un été pour aimer, un automne pour tout quitter, un hiver pour m’arrêter un instant et un printemps pour permettre à la vie de recommencer.  C’est tout ce qu’il faut, semble-t-il. 
Un matin, je suis partie de mon havre. Je croyais comme vous trouvez plus grand, plus beau et plus fort. Néanmoins je n’ai fait que tourner en rond sans m’arrêter, me laissant bousculer dans tous les sens. Jusqu’à ce que ne tourne plus ce manège qui m’étourdissait avec ses tourniquets à contre-courant et à non-sens. Bien entendu, il y eut ces engelures qui gercèrent mes doigts, et qui pour toujours laissèrent leurs flétrissures sur mes mains. Ou encore, il y eu ces coups durs qui m’ont fait courber le dos, avec cette oppression dont ils m’étouffaient afin de mieux m’asservir.

Pourtant, je n’étais qu’un simple soldat qui luttait en croyant servir le bien, et non un général dont se servent trop souvent les présidents pour excuser leurs jeux de pouvoir. Bien entendu, j’ai aussi connu la désolation du désert et son étendue qu’une nature ingrate m’imposa. De mes rires  et de mes danses ne restèrent que des soupirs qui finirent par s’évanouir dans la brume du temps. Celui-ci me fuyait toutefois trop rapidement, et sans attendre que j’aie été prête à me remettre debout. Je me suis toutefois relevée, malgré lui…et sans lui.
Je ne suis que celle qui vous parle dans la nuit pour vous dire de résister encore, car le temps de tout abandonner n’est pas encore arrivé. Puisqu’en vous dort un amour peut-être blessé… mais toujours vivant? D’ailleurs, n’entendez-vous pas cette chanson qui s’accompagne d’une musique pleine de feu? Qui sait si elle ne réveillera pas en nous ce goût, et surtout ce besoin, de nous redresser et de poursuivre quelque combat?’’.
gbq4o9po
…le soleil brille toujours, même si cet article à cœur ouvert est terminé. Et moi, je suis déjà partie, mais je reviendrai…puisque je dois me donner encore la chance d’exister…et pour être au-delà de cette existence toute simple, je me dois d’aimer et d’espérer, encore et toujours.
 
Delvina A. Lavoie.
Publicités

À propos D.A. Lavoie
''Mon âme a son secret, ma vie son mystère''...une rêveuse passionnée avec la tête perdue dans certains nuages oui, mais avec les pieds bien sur terre...et toujours amoureuse...de la vie, de l'amour et des mots....puis vivre de tout ce qui est encore à découvrir. ''My soul have its secret, my life its mystery''...a passionate dreamer with her head lost in some clouds yes, but with my feet well on the ground...and always in love...with life, with love, with words...and living by what else is to discover.

4 Responses to À coeur ouvert

  1. Ginette Beaulieu says:

    Croire, espérer, vivre intensément le moment présent et ne pas regretter le passé;
    car pour plusieurs c’est un poison qui nous empêche d’avancer et d’être heureux… Bien sûr, j’avais lu cette histoire, puisque j’ai lu ton livre avec un grand plaisir d’ailleurs! Merci pour ce bon texte ma chère Delvina, gros bisous, Gigi

    J'aime

    • Bonsoir Ginette…merci de ton commentaire toujours apprécié. Ben oui,  »évidemment » que tu as déjè lu! Regretter le passé est poison oui…mais l’accepter pour en faire une belle chose dans notre mémoire demeure sublime…et courageux! Très bon week-end, à bientôt, bisous.

      J'aime

  2. colettedc says:

    Oui, la chance d’exister jusqu’au bout … espérer et aimer du coucher du ☼ jusqu’à son lever … de ma fin terrestre jusqu’à ma naissance éternelle …
    Bonne fin de soirée Delvina !
    Bisous.

    J'aime

    • Merci pour ton passage mon amie…aimer et espérer…peut-on vivre sans ça? Je ne crois pas, car l’humain est un être propulsée paqr l’amour et l’espoir. Très beau com, bon vendredi ma belle et gros bisous…toutes mes amitiés.

      J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :