Tous ces mots que tu ne dis pas.

fem.mys-117

Avec la nuit et le seul bruit d’une goutte d’eau qui tombe dans l’évier, Anaïs ferme les yeux. Un instant elle redevient la fille adolescente qui aimait, qui pleurait et qui cherchait. Il y avait tous ces gens autour d’elle qu’elle voulait enlacer, mais eux souvent ne la voyaient même pas.

 Il y avait également tous ces mots qui lui faisaient voir un autre univers…un monde pour elle que lui miroitait parfois des jours d’éclaircie. Anaïs, femme que l’adolescence a quittée et qui croit encore au pouvoir des mots. Qui en quelque sorte n’a plus peur de dire tous ces mots qu’autrefois elle avait dû taire. Pourquoi se taisait-elle? Peut-être parce que la peur de ne pas parvenir à toucher le coeur, ou l’âme, de ces autres la muselait de quelque façon? Et ce soir, elle laisse courir son esprit qui vagabonde. 

 »Qu’est devenue la vie? Il y a là tout autour, l’ami, le frère, le condamné, le solitaire ou encore celui (ou celle) qui fait battre le coeur un peu plus vite. Pourtant, par tous ces mots qui sont tus ou qui sont mal utilisés, trop de silence ferme déjà la porte qui avait pu s’ouvrir. Les  »je t’aime, j’ai besoin de toi, tu es important pour moi, et les merci », tant de gens les enfouissent si loin au fond d’eux, qu’il devient difficile pour l’autre de les entendre. Tous ces mots tus pourraient-ils être délivrance, paix ou liberté? Qui sait si en osant dire ce  »je t’aime », ce ne serait pas toute une vie qui renaîtrait, ou qui permettrait que cette dernière soit plus belle et plus gaie? ».

Malgré tout, Anaïs veut encore croire, et elle espère…en tous ces mots qu tu ne dis pas. Ces mots qui se perdent dans la nuit et que même l’aube ne parvient pas à délivrer. Elle lit et se berce de ces mots écris sur ce papier. Que doit-elle lire entre ces lignes que ta plume trace? Que comme elle tu as ces papillons qui voltigent en toi? Que ton coeur a envie de chanter, mais que son chant demeure encore le murmure de tes illusions? Pourtant ce que tu ne dis pas laisse passer un courant d’air froid entre ton espace et le sien.

Tout doucement, Anaïs ouvrent les yeux. Le robinet laisse encore échapper ses goutes d’eau et elle voit par la fenêtre que les nuages cachent les étoiles. Ne plus y penser…mais y penser quand même. Car tous ces mots que tu ne dis pas bâtissent un mur qui devait ne même pas s’élever.

Un peu fatiguée par les jours et les nuits, Anaïs sait désormais qu’hier n’existe plus et que demain est encore une chose abstraite, donc qui n’existe pas non plus. Seul ce moment présent est réel…même s’il un goût amer que laissent tous ces mots que tu ne dis pas.

Delvina A. Lavoie.

roses.rachel

 

 
 
Publicités

14 réflexions sur “Tous ces mots que tu ne dis pas.

  1. Bonjour delvina ,

     » Tous ces mots que tu ne dis pas. » est un papier de porté sentimental
    il traite des choses de la vie , il retrace les moments passés ( adolescences )
    et la peur de dire ses sentiments en tant que jeune fille à la fleur de l’age
    le thème a son pesant d’or et explique tout
    merci de ce régale intellectuel combien nostalgique
    bravo! et bonne continuité pour la verve de ta plume d’or
    combien très fertile ….
    mes amitié majid

    J'aime

    1. Merci Majid d’être passé. Ton commentaire est fort apprécié, et comme toujours tu ananlyses très bien l’article. Ce sont hélas trop souvent ces mots tus qui blessent et détournent les gens du vrai sens de la vie…soit l’amour, l’amitié et toute relation humaine. Je te souhaite un très beau week-end mon ami, prends soin de toi, gros bisous.

      J'aime

  2. oh oui ma belle, la tu viens de me faire descendre à mon enfance….Quand j’avais 10-12 ans j’étai tellement timide que j’étai jamais capable de dire les vrai chose à mes parents…..pourtant ma mère me disait Line chéri dit quelque chose ont te parle et tu es pas la….tu doit avoir une opignon …..et je disait à mère que j’avais rien n’as répondre….mais cela étai faux je mentai à ma mère …je mordai mes l’èvres parce-que j’aurai voulu lui dire se que je ressentai mais j’étai pas capable….j’étai tellement renfermé sur moi même…que j’étai malheureuse….Et puis un jour vers l’âge de 17-18 ans je me suis assise avec ma mère et j’ai tout vider mon sac…..Je parle pas de ma relation avec mes parents car j’ai toujours été heureuse sur se coté la….je parle de l’intimidation que j’ai connu à l’école…..sa durer 3 ans…..voila merci delvi pour tes sujet ils sont toujours aussi intéressant les uns que les autres Gros bisous et bon mardi

    J'aime

    1. Re-bonjour Line…toutes ces choses qu’on ne dit pas, que nous gardons enfermées en nous aussi parfois parce qu’on croit que rien ne sert de parler, ces choses dis-je, nous empoisonne de l’intérieur, finissent par tellement nous miner qu’elle se manifestent également à l’extérieur de nous. L’intimidation à l’école en est un des exemples les plus flagrants. Trop de jeunes se sont enlevés la vie, et encore trop se suicident à cause de cela…ce sont des gestes de désespoir qui porte en eux une mort connue avant même de mourir. Cela prend beaucoup de courage pour oser parler et faire face à tout ce qui peut nous détruire. Merci pour ce beau commentaire Fée blonde, gros bisous.

      J'aime

  3. Re-bonsoir Ariane. Oui, tu as dit les mots exacts…il faut du courage pour aser dire. Pour oser dire la vie, le bien, l’amour…mais aussi, et c’est encore plus difficile, la mort, la mal ou bien l’indifférence et la haine. Du courage, sûrement, et aussi un brin de folie! Merci de tonpasage et de ton beau commentaire, gros bisous.

    J'aime

  4. Tous ces mots que l’on garde en soi. Ils ont un goût amer et font souffrir… soi et aussi les autres. Combien de mésententes, de disputes véhémentes, de discussions aigres, qui n’en finissent plus. Tous ces mots qui sont tus qui détruisent la joie de vivre. Alors, pourquoi? Mais parler n’est pas toujours facile. Il faut du courage pour exprimer nos émotions.
    Bisous xoxoxo

    J'aime

  5. Il y a les mots qui sont tus pour diverses raisons, peur, tristesse, contrainte, blessure, et puis il y a les mots parfois dits avec espoir à ma fille, lui dire que je l’aime et me dire : m’a t- elle entendue ? Me croit- elle ? Un tel fossé entre elle et moi. Aucune faute reelle, que des malentendus ou mal- entendus, de telles maladresses de ma part sans me sentir coupable. Regretter de me trouver trop loin pour encore essayer. Tu as lu le livre de Marie Cardinal Les mots pour le dire ? J’ai lu ce bouquin en étant jeune femme. Un très beau livre.

    Dans ton récit Anaïs si elle a peur, c’est que quelque part, elle a eut à affronter des peurs imposées, une ou des agressions verbales, physiques peut- être qui enferment un individu dans de tels silences des mots impossibles à dire.

    Nous avons une amie commune Colette avec son beau sourire, fidèle et constante.

    À bientôt Delvina, ravie de te lire.

    J'aime

    1. Bonsoir ma douce amie, oui Colette est une femme super! Et toi ma belle, tu sais très bien lire entre les lignes, comme on dit chez-nous! Bravo pour cette analyse! Agressions…indirectes…toujours parfois ces phrases qui blessent et qui laissent des traces de douleur très profondes, qui fait que des fille comme Anaïs craignent le soleil qui soudainement brille trop fort.

      Non, je n’ai jamais lu ‘Les mots pour le dire » de Marie Cardinal. Par contre, j’ai lu, et j’ai encore, son livre  »La Souricière ». Vraiment très beau…j’aime beaucoup cette auteure, même si je n’ai pas lu tous ces livres. Merci à toi Filamots d’être passée et d’avoir si généreusement commenté mon article…à bientôt, gros bisous.

      J'aime

  6. Magnifique Delvina … oui, tous ces mots tus … tuent à la longue !
    S’ouvrir comme la fleur qui éclos petit à petit pour laisser voir tout doucement par simplement des réactions appropriées qui amèment ces mots justement pour éviter trop de maux … pas toujours si facile mais si bons et libérateurs que ces moments …
    Bonne soirée à toi,
    Bisous.

    J'aime

    1. Bonsoir Colette…comme tu dis, ces mots tus, tuent à la longue! Il faut apprendre à laisser les mots sortir et exprimer toutes nos émotions…ce qui n’est pas facile, et là, je parle de moi! Vrai que ces  »confessions » ont un pouvoir libérateu pourtant! Merci pour ton passage et ton judicieux commentaire, gros bisous.

      J'aime

  7. Ah ces mots qu’on ne dit pas, combien de larmes ils ont fait couler et tant d’amertume et de chagrin, ils ont provoqués… Je suis comme Anaïs, ce serait tellement plus simple et bénéfique pour tous si nous serions capables de dire et d’entendre ces mots: je t’aime, je suis désolée, je te comprend, je m’excuse… Mais, souvent pour des raisons que l’on ne sait pas, beaucoup de gens passent à côté de belles communications ou relations intéressantes à cause de cela. Je trouve cela dommage… Merci Delvi, belle réflexion! Je t’embrasse, Gigi

    J'aime

    1. Bonjour Ginette…et oui ma belle, encore une fois tu exprimes une réalité qui hélas quelques fois blesse. De plus, nous sommes si souvent tellement absorbés et enlisés dans nos peines, que nous ne voyons plus celles des autres…et c’est malheureusement pendant ce temps que se perdent les mots qui adpucirait. Et on ne dit plus rien qui pourrait consoler ou aider puisque nous ne voyons que NOTRE chagrin…égoïste ou seulement humain? Comme tu dis, personne ne peut en juger,car on ne sait pas toues les raisons qui poussent les gens à agir ainsi! Gros bisous et merci encore de ta fidélité!

      J'aime

      1. Communiquer est essentiel pour une vie sereine et ces mots qu’on ne dit pas nous empêche d’être heureux… Il faut apprendre à les dire et nous nous sentons mieux par la suite, même parfois si la personne n’est pas prête à les entendre…

        J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s