Entre les absences, les silences et moi

un jour nouveau.45

Un après-midi gris…les nuages semblent emprisonner le soleil, la pluie se retient de tomber et d’inonder le sol. Derrière ces bans de fumée qui obscurcissent le ciel, je n’entends plus le chant des oiseaux, seulement le bruit au loin des voitures qui passent dans la rue.
Entre les absences et les silences qui ne font que creuser un vide immense, presqu’inondé lui aussi de pluie, il y a ce cœur de moi. Et comme la pluie qui ne tombe pas, des larmes pleurent, mais ne coulent pas sur mes joues…elles ont déjà peut-être pris le chemin d’une autre sécheresse. Une sécheresse qui ne se veut pas faite que de poussière, mais dont le vent n’emporte pas non plus avec lui une mélancolie de trop.
Les gens continuent de courir, d’aimer, de regarder et de vivre autour de moi. Je les vois aller, la tête entre les mains ou les yeux pleins d’attentes et de promesses. Ils sont tout près de moi…et si loin. Parfois, je me sens comme si je j’appartenais déjà plus de ce monde…y ai-je déjà appartenu d’ailleurs? Puisqu’en moi les absences et les silences n’ont fait que creuser le lit de ces illusions.

On dit que rien n’est important, sauf par la valeur que nous donnons à une chose, à une personne, à un idéal,  à une amitié ou à un amour. Scott M. Peck disait que l’amour était aussi un choix que nous faisions. Oui, je le crois…mais peut-il l’être entièrement? En amour comme en amitié, nous nous sentons parfois attiré comme un aimant par le physique, la personnalité, la douceur, la fougue ou encore le sentiment de bien-être que l’autre dépose et reflète sur nous. C’est ensuite que nous ferions le choix de rester ou de partir, de nous donner ou de nous retenir. Néanmoins, il semble que faire le choix de se détacher n’efface d’aucune manière les souvenirs de nos mémoires et de nos cœurs, ni les brûlures sur notre peau. Ainsi, aimer n’est-il vraiment qu’un choix? Ou est-il surtout pulsions, attirances et quelque chose que nous ne pouvons maîtriser?!?
Entre les absences, les silences et moi, il y a toi, lui, vous…et la terre entière. Et encore l’infinité de ces choses qui me blessent, que j’ignore et qui me lient un peu les mains. Eh oui, même malgré toutes ces sagesse, maturité et connaissance…car au fond, que sais-je de la vie, de l’amour et de la mort?
Delvina A. Lavoie.
Publicités

14 réflexions sur “Entre les absences, les silences et moi

  1. bonjour delvina ,

     » Entre les absences, les silences et moi  » est un papier sentimental
    il reflète un vécu , un passé vécu , des moments de l’existence
    avec tous ses sentiments antérieurs
    aimer , c’est vivre et vivre c’est aimer , ceci dit la vie et l’amour vont de pair
    et ne doivent pas se quitter que jusqu’à la mort qui les sépare ..
    cependant la vie s ses bons moments et ses mauvais moments
    je me permets de dire tous les couples en conflit ou séparés ou ..
    ‘ faites l’amour et pas la guerre  »
    le thème a son pensant d’or
    l’expression que j’ai tant apprécie est la suivante :
     » il y a ce cœur de moi »
    merci de ce régale » intellectuel combien charmant
    bravo! et bonne continuité
    mes amitié majid

    J'aime

    1. Merci Majid pour ce beau commentaire. Que ce soit dans n’importe quelle situation, je crois que des silences et des absences font partie de la vie. Nous ne pouvons ps ne jamis ressentier le vide et le froid parfois, sans quoi nous serions  »parfaits », ce qui est impossible car nous ne sommes que des êtres humains. Très bon week-end à toi mon ami, gros bisous.

      J'aime

  2. Bonjour Line…c’est sûr, lorsque nous sommes des solitaires da nature, et dans l’âme, la solitude, le fait d’être seul/e mais pas oublié/e de tous, est une chose qui devient beaucoup moins lourde. D’ailleurs, si les gens savaient apprivoiser cette solitude, ils ne ressentiraient pas ce vide intérieur…lequel arrive à tout le monde par moments, même à moi! Par contre, les absences, surtout lorsqu’on ignore et demeure dans le noir, sont beaucoup plus difficiles à gérer, tant qu’à moi. Merci pour ton veau commenmtaire am belle…et t’en fais pas, je reste là tout près! Gros bisous.

    J'aime

  3. bin moi delvi j’ai connu sa comme tout le monde le silence, et les absence depuis que je demeure seul….encore aujourd’hui mais moins pire….faut dire que je suis une fille très solitaire de nature…Moi je suis bien seul je sais pas pourquoi mais quand j’ai de la visite je suis contente et quand ils s’ent vont je suis contente aussi car j’aime me retrouver seul dans mes affaires…..Moi j’aime le silence ….mais pas les absence…..parlant d’absence tu me manque terriblement et je me demande si un jour tu vas me parler ailleurs que sur ordi…..sa pour moi c’est une absence car je le dit tu me manque sa fait si longtemps qu’ont c’est pas parler……Je m’ennuie bc bc bc de toi……merci mon ange et gros bisous

    J'aime

  4. Ma très chère Filamots…tu as tellement raison…les absences, les silences et l’amour sont un vaste programme. Un programme qui pourtant entoure et fait une si grnade partie de nos existences. Les mots ont ce pouvoir de dire ce qui est vrai, mais aussi ils peuvent être tellement blessants…s’lls sont une grande force, il faut tout de même respecter cette force et prendre conscience que ce que nous écrivons, et disons, peut bâtir, mais également détruire. Bon, tu m’excuseras, me vilà repartie! Mais j’aime tellement répondre et échanger avec mes lectur- lectrices- c’est tellement enrichissant! Merci pour ce commentaire exquis, mes amitiés.

    J'aime

  5. Les absences, les silences, l’amour, un vaste programme pour chaque individu. Tout étant lié avec notre passé, ce que nous avons vécu avec nos parents et même avant dans le ventre de notre mère. Les mots écrits sont parlants. Même si nous sommes dans le virtuel, j’ai toujours été sincère. A 63 ans au mois d’août, je n’ai jamais vécu que comme cela.
    Merci pour ces paroles, où je mets les pieds dans un livre que j’ouvre et dont je ne connais nullement la trame. C’est cela qui est passionnant 🙂

    J'aime

  6. Euh…chut, dis-le à personne! Merci de ton passage et pour tous tes gentils mots colorés! Si on demeure toujours vrai avec soi-même, ce qui nous permet d’être des êtres libres en quelque part et ce peu importe dans quoi, il ne peut en ressortir qu’un éclat de sincérité et d’authenticité…tu es d’accord? Bonne fin de journée.

    J'aime

  7. Je crois que tu sais beaucoup plus de choses que tu ne le crois. Il a de la sincérité, du gris, du bleu parme, du violet dans tes mots. Le sens de la vie. Une question universelle qui n’attend que nos réponses.

    J'aime

  8. Merci Gigi d’être…toi! Et je ne me sens pas écrasée par la vie, crois-moi…au contraire! Ne prends pas trop à coeur mes discours, il faut faire la différence entre la réalité et ce qui se dit derrière les mots. Je te remercie de ton amitié qui m’est si chère, tu le sais. Mais ne t’inquiète pas pour moi, tout va bien. À bientôt, gros bisous.

    J'aime

    1. Bon oui je sais faire la différence entre la réalité et ce qui se derrière les mots, mais je te connais plus que tu ne le penses… Je t’aime c’est tout et je ne suis pas inquiète mais j’ai bien hâte de te parler, gros bisous Delvina!

      J'aime

      1. Moi aussi j’ai hâte de te parler ma chère Gigi! Tu me connais…tu crois…? Pourtant…bon, ok…et je sais très bien que tu sais faire la différence entre la réalité et ce que je cache derrière mes mots…je te taquine, on se reparle bientôt, gros bisous.

        J'aime

  9. Vivre les absences et les silences, c’est difficile, mais c’est VIVRE malgré les peines et les souffrances que nous ne voudrions pas, elles nous permettent de grandir. Mais la vie n’est pas faite seulement de tristesse et de souffrance heureusement. Il est impératif de ne pas se laisser glisser par la morosité et voir aussi les joies que la vie nous apporte. En cette journée de ton anniversaire et de la Fête des mères, j’avoue que j’ai eu des difficultés à lire ce que tu ressens aujourd’hui, je pense que si j’étais près de chez toi, malgré tout le respect que j’ai pour toi et cette si belle amitié qui nous unit, justement à cause de notre amitié, je te brasserais un peu moi… Je t’aime pour ce que tu es et pour comment je me sens quand je suis avec toi. Nous avons tout de même cette chance énorme Delvina, tous ne l’ont pas. Gros bisous mon amie, on se parle bientôt, Gigi

    J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s