Compassion versus pitié

Quelle belle journée…du moins chez-moi! Cela fait du bien de sortir enfin dehors plus souvent, après le froid de l’hiver! C’est en lisant un commentaire de mon amie G., qui parlait de compassion, que m’est venue l’idée de cet article. Alors, merci!
Compassion versus pitié. Sujet parfois un peu controversé et souvent incompris…on fait si peu la différence entre ces deux mots. Même dans le dictionnaire, le mot compassion se définit par une sorte d’apitoiement ou de pitié. La pitié, toujours selon le Nouveau Petit Robert, parle de sympathie, d’attendrissement…ce qui porte à plaindre quoi.
Cependant, au mot compassion se greffent aussi selon lui l’humanité et la sensibilité. Mots par lesquels il m’est tellement plus facile de différencer ces deux termes! Puisque dans mon livre à moi, la compassion veut d’abord dire solidarité et empathie. Un sentiment qui naît du coeur, qui se propage et permet à l’être humain de justement montrer son humanité, son engagement social à aider l’autre et à aimer ce genre humain.
Alors que la pitié dénote malheureusement une sorte de couverture un peu salie, de celles dont nous nous servons afin de cacher une tare ou une défaite, voir même un dégoût, ou plutôt une faiblesse…ce miroir reflétant aussi nos propres impuissances et nos propres carences!
Qu’est-ce qui est mieux entre les deux afin de remonter l’estime de soi et la confiance? Avec de la pitié, je pleure sur le sort d’un ami, je le plains…mais je ne lui offre que si peu d’outils qui l’aideraient vraiment à revoir la lumière. Par contre, par la compassion que je peux ressentir, mon coeur se gonfle un peu plus d’espoir…mon humanité et ma solidarité font que je ne pleure plus sur un sort que je ne peux maîtriser. Alors étant moi-même capable de voir ceci, ce que je ne conçois pas comme une faiblesse mais plutôt une leçon de vie, je peux sourire à l’autre à travers ses larmes, et réfléchir avec lui/elle afin de trouver une solution à son problème. Car il n’y a pas que des problèmes, il y a surtout des solutions…il faut apprendre à voir le ‘problème’ comme une possibilité d’apprentissage et non une défaite qui défigure! Penser et chercher une solution, donc ce qui veut dire agir et non seulement s’apitoyer sur soi-même. 

Ce ne sont pas des signes de faiblesses ou de perdants que de tomber. Ce sont des signes qu’il est temps de changer quelque chose à sa vie. Il est humain de tomber…par contre, notre bonheur réside surtout en la manière dont nous nous relevons! Demeurer à terre deviendrait-il alors un reflet de ces apitoiements, sinon une forme de lâcheté, qui semble nous faire nous complaire dans notre ‘malheur’, et qui n’amène chez autrui que la pitié?
Compassion versus pitié. Lequel des deux sommes-nous porté/e/s le plus souvent à choisir, automatiquement et tout naturellement? La pitié, bien sûr. Car elle est tellement plus facile, moins exigeante et sans qu’on doive se sentir responsable de l’autre. Pourtant, ce n’est pas devenir responsable de quelqu’un que de se montrer solidaire avec lui/elle?!? Compatir à une douleur permet d’espérer, et d’avoir confiance, qu’après la noirceur viendra le jour. Avoir de la compassion, c’est être capable de tendre la main pour aider l’autre à se relever…c’est aussi une forme de respect qui permet de laisser l’autre faire ce qu’il est capable de faire pour lui.
Avoir de la compassion, c’est de ne pas trouver les solutions à la place de l’autre, mais l’écouter et lui donner des outils avec lesquels il/elle pourra travailler et s’en sortir. Bref, c’est avoir assez confiance en la vie pour savoir que celle-ci va le/la guider sur le chemin du retour!
Avoir de la pitié, c’est plaindre et se montrer toujours impuissant …et donner à l’autre des solutions toutes faites, qui peut-être ne lui conviendront même pas, mais cette attitude nous permet d’avoir bonne conscience et de nous dire ‘tant pis, j’ai fait ce que je pouvais’. Mais avons-nous vraiment fait ce que nous pouvions? Là est la question…
Delvina A. Lavoie
Publicités

6 réflexions sur “Compassion versus pitié

  1. La pitié… « Ayez pitié des miséreux»… Foutaise, ce n’est qu’un sentiment pour se donner bonne conscience… Montrer de la pitié pour l’autre c’est lui dire en pleine face: » Pauvre toi, tu es diminué, incapable de… tu es misérable… »
    La compassion… C’est être humain, tel que tu l’exprimes dans ton texte. Savoir être empathique à l’autre… Rester soi-même.

    Bravo pour ce texte écrit simplement et clairement… Espérant qu’il sera lu par le plus grand nombre possible…

    J'aime

    1. Bonjour Marielle…il y a tant, parfois trop, de fois où les gens croient être compatissants et solidaires en utilisant la pitié! Ils ne savent même pa faire la différence! Les ‘Pauvre toi’ viennent plus souvent à la bouche que les ‘Que puis-je vraiment pour toi’! Merci de ton commentaire, gros bisous et à bientôt.

      J'aime

  2. Bonjour Delvi voila un sujet qui m’intéresse…Moi depuis toujours j’ai aider des gens surtout des personne âgés….Mais faut faire la différence entre la pitié et la solidarité…Moi je prend personne par pitié, quand j’aide une personne c’est avec mon coeur que je le fait…..Je veux que cette personne se sente bien, et quelle s’en sorte….durant 3 ans à toute les vendredi midi j’allais rendre visite à une personne âgée, juste le fait de ne pas être seul elle étais contente de me voir…..je lui fesait des petite course, et ont prenait de petite marche…..et je lui fesait un peu de ménage quand elle se sentai pas bien…..je lui demandai rien dutout elle voulais me donner des sous mais j’ai toujours refuser….car je le fesait par amour pour elle, et non par pitié….Pour moi c’est se que j,apelle la solidarité….Elle avait plusieurs enfants mais jamais personne lui rendait visite…..j’ai aussi aider d’autre personne âger….et je l’es toujours fait avec mon coeur…..avec amour, avec tendresse, et bc de respect……La première dame donc j’ai parler elle est décédé depuis 4 ans et j’y pense encore…..j’aimai passer du temps avec quelle…..elle étai si gentille….je suis aller à ses funiraille et j’ai trouver sa dur……Si c’étai â recommenser avec une autre personne je le ferai avec grand plaisir n’importe quand…..Pour moi la solidarité c’est important ont c’est jamais qui sais peut-être un jour c’est nous qui auront besoin de solidarité…..Tout sa pour dire que moi jamais je prendrai qui que se soit en pitié, jamais…..merci Delvi pour ton article Bonne journée bisous xoxoxo

    J'aime

    1. Merci de ton très beau commentaire Line. La générosité est une grandeur d’âme qui vient du coeur, et elle est étroitement liée à la compassion. Cette compassion, c’est la dévotion et l’amour pour les autres et pour la vie. Tout finit toujours par se rejoindre! Et contrairemwent à la pitié qui souvent écrase plus qu’elle aide, la compassion dénote notre humanité et notre engagerment social, familial, amical et même amoureux. Très bonne fin de journée, à bientôt.

      J'aime

  3. Bonjour Ginette et merci à toi pour l’inspiration! Il est vrai que très souvent le regard que les gens posent sur nous est plein de pitié ou de peur. Oui de peur, car les gens ne savent pas comment réagir face à l’inconnu…alors cela les déboussole! Malheureusement, plutôt que de prendre la peine et le temps de s’informer ou encore de traiter les gens avec un brin de solidarité, le monde fuit, détourne les yeux ou bien préfère ignorer et juger. Nous pourrions en parler si longtemps de ce sujet, souvent abordé presque comme un tabou. Merci de ta précieuse fidélité et de ces regards qui me permettent aussi de continuer et de grandi! Gros bisous ma belle.

    J'aime

  4. Voilà un sujet qui me touche tout particulièrement ma chère Delvi, merci d’aborder cette question. Comme tu le dis si bien, la pitié est un regard sur une situation qui nous dérange, alors la compassion c’est l’attitude que nous adoptons pour aider à la personne qui est en problème à trouver une solution à ce qu’elle vit et ne pas lui amener une solution déjà toute faite, qui de toute façon, souvent peut ne pas être adéquate à ce qu’elle vit en dedans… Car ce qu’une personne veut bien montrer n’est souvent pas ce qu’elle ressent vraiment. Le regard d’une personne sur une autre reflète beaucoup comment elle voit l’autre et je vous garantis que ces regards-là, on ne les oublie jamais; ils nous laissent une goût amer au coeur qui nous fait tellement mal.

    Bien évidemment, les gens ne font pas toujours exprès pour agir de façon inadéquate devant des gens plus défavorisés qu’eux, ils ressentent parfois un malaise, non par pitié, mais par quelque chose qui les dépasse et leur font vraiment de la peine et la nuance est si petite entre la pitié et la compassion que même le dictionnaire a des difficultés à nous faire comprendre la différence alors…

    Merci Delvina d’ouvrir sur ce sujet tabou par beaucoup de gens et qui rendent malheureux les gens qui en sont victimes… Je t’embrasse, Gigi

    J'aime

Espace commentaire...merci de laisser une trace de votre passage...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s